Taïwan : la Chine débute des exercices militaires, à quoi faut-il s’attendre ?

AT SEA, RUSSIA - OCTOBER 15: The main gun of Chinese guided-missile destroyer Nanchang attacks target during the China-Russia 'Joint Sea-2021' military drill near the Peter the Great Gulf on October 15, 2021 in Russia. (Photo by Sun Zifa/China News Service via Getty Images)
China News Service / China News Service via Getty Ima AT SEA, RUSSIA - OCTOBER 15: The main gun of Chinese guided-missile destroyer Nanchang attacks target during the China-Russia 'Joint Sea-2021' military drill near the Peter the Great Gulf on October 15, 2021 in Russia. (Photo by Sun Zifa/China News Service via Getty Images)

China News Service / China News Service via Getty Ima

Image d’un missile tiré du destroyeur Nanchang, en 2021. La Chine mène des opérations militaires ce 4 août 2022 près de Taïwan après la visite de Nancy Pelosi sur l’île.

CHINE - La Chine réplique après la visite de la présidente de la Chambre des représentants américaine, Nancy Pelosi, à Taïpei. Ce jeudi 4 août, elle va lancer des exercices militaires ciblés au large des côtes de Taïwan qu’elle considère comme partie intégrante de son territoire. Ces manœuvres doivent durer jusqu’au dimanche 7 août.

Pour le ministère des Affaires étrangères chinois, il s’agit « d’une mesure nécessaire et légitime afin de répliquer aux graves provocations de certains politiciens américains et des indépendantistes taïwanais ». Les exercices, qui s’approcheront jusqu’à 20 kilomètres des côtes de l’île, permettront « de défendre avec fermeté notre souveraineté nationale et notre intégrité territoriale », a précisé le ministère. Selon lui, « les États-Unis sont les provocateurs » et non pas « la Chine, qui est la victime ».

Concrètement, à quoi vont ressembler ces manœuvres militaires ? Le commandement chinois a annoncé des « exercices navals et aériens conjoints dans les espaces maritimes et aériens du nord, du sud-ouest et du sud-est » de l’île. Des « tirs à munitions réelles à longue portée » sont prévus dans le détroit de Taïwan, qui sépare Taïwan de la Chine continentale.

Démonstration de force de la part de la Pékin

« L’Armée Populaire de Libération (APL) mènera d’importants exercices militaires et activités d’entraînement, y compris des exercices de tir réel dans six zones entourant l’île de Taïwan (...) de jeudi midi à dimanche midi », détaille aussi le journal nationaliste Global Times.

Vous pouvez voir ces zones dans le graphique ci-dessous. Elles se trouvent pour la plupart du côté taïwanais de la ligne médiane de démarcation informelle entre les deux pays. Pékin, qui ne reconnaît pas l’indépendance de Taïwan, ne reconnaît pas non plus cette ligne.

Carte de Taiwan et des eaux environnantes, localisant les zones des exercices militaires chinois prévus entre le 4 et le 7 août
LAURENCE CHU / AFP Carte de Taiwan et des eaux environnantes, localisant les zones des exercices militaires chinois prévus entre le 4 et le 7 août

LAURENCE CHU / AFP

Carte de Taiwan et des eaux environnantes, localisant les zones des exercices militaires chinois prévus entre le 4 et le 7 août

Pour Marc Julienne, responsable des activités Chine à l’Institut français des relations internationales (Ifri), « c’est un épisode sans précédent. La Chine est encore plus proche de Taïwan que les tirs de missile lors de la crise de 1996 », après la première élection présidentielle au suffrage direct de l’île.

Un missile au-dessus de Taïwan ?

Toutefois, note le chercheur, les Chinois sont « restés très flous sur la nature des exercices ». En plus des précédentes annonces, Marc Julienne anticipe « des tirs de missiles balistiques de courte portée à quelques kilomètres des côtes, pour montrer qu’ils sont à portée. Un autre geste fort serait le tir d’un missile hypersonique DF-17 », apparu dans l’arsenal chinois en 2019.

Autre manœuvre attendue mais encore jamais expérimentée par Pékin : tirer un missile depuis le continent qui retomberait dans le Pacifique, à l’Est de l’île. « Le missile passerait au-dessus de Taïwan, ce serait inédit », pointe Marc Julienne. Et le chercheur s’inquiète : « Les tensions sont à leur comble et ça va durer. Il y a forcément un risque de dérapage, d’accident, d’une erreur de calcul » dont les conséquences pourraient être dramatiques.

Taïwan aussi craint pour sa sécurité et dénonce les « manœuvres de la Chine (qui) empiètent sur (...) les eaux territoriales » de l’île. Comme un avertissement, 21 avions chinois sont entrés dès mercredi dans la zone d’identification de défense aérienne de l’île (plus large que l’espace aérien), selon le ministère de la Défense. « Face à des menaces militaires délibérément accrues, Taïwan ne reculera pas », a prévenu la présidente taïwanaise Tsai Ing-wen.

À voir également aussi sur le Huffpost : Nancy Pelosi est arrivée à Taïwan malgré les mises en garde de la Chine

Vous ne pouvez visionner ce contenu car vous avez refusé les cookies associés aux contenus issus de tiers. Si vous souhaitez visionner ce contenu, vous pouvez modifier vos choix.

Lire aussi

Notre objectif est de créer un endroit sûr et engageant pour que les utilisateurs communiquent entre eux en fonction de leurs centres d’intérêt et de leurs passions. Afin d'améliorer l’expérience dans notre communauté, nous suspendons temporairement les commentaires d'articles