Taïwan accuse la Chine de simuler une attaque sur l'île

Taïwan accuse ce samedi 6 août l'armée chinoise de simuler une attaque de l'île, la Chine intensifiant ses représailles après la visite à Taïpei de la numéro trois américaine Nancy Pelosi en milieu de semaine. La Chine poursuit ses plus importants exercices jamais organisés autour de Taïwan, prévus pour durer jusqu'à dimanche midi. Ils sont présentés comme un entraînement à un « blocus » de l'île.

Les autorités taïwanaises ont annoncé avoir détecté de « multiples » avions et navires chinois dans le détroit de Taïwan, entre l'île et la Chine continentale. « Certains d'entre eux ont franchi la ligne médiane » qui coupe en deux le détroit et « sont considérés comme menant une simulation d'attaque contre l'île principale de Taïwan », a indiqué ce samedi le ministère taïwanais de la Défense. Tracée unilatéralement par les États-Unis durant la Guerre froide, cette ligne n'a jamais été reconnue par Pékin.

C'est la première fois que des exercices chinois ont lieu si près de Taïwan (certains à moins de 20 kilomètres) et que l'île, revendiquée par Pékin, est littéralement cernée de zones de manoeuvres. Des opérations y compris sur le flanc est de l'île principale, note l'AFP, et c'est inédit : c'est une zone cruciale car c'est de là que pourraient venir de potentiels ravitaillements pour les forces taïwanaises ainsi que des renforts américains.

Selon la télévision publique chinoise CCTV, des missiles ont survolé Taïwan cette semaine durant les exercices autour de l'île - ce qui constituerait une première.

La plupart des analystes s'accordent toutefois à dire que, malgré ces exercices militaires, Pékin ne souhaite pas pour l'instant une confrontation armée.


Lire la suite sur RFI

Notre objectif est de créer un endroit sûr et engageant pour que les utilisateurs communiquent entre eux en fonction de leurs centres d’intérêt et de leurs passions. Afin d'améliorer l’expérience dans notre communauté, nous suspendons temporairement les commentaires d'articles