Le T.rex avait un climatiseur dans la tête !

Le plus emblématique des dinosaures, le Tyrannosaurus rex, est encore loin d'avoir livré tous ses secrets. L'animal régnait sur Terre il y a 68 à 66 millions d'années et que les paléontologues étudient pour mieux connaître sa physiologie et ses mœurs. Cette fois, un groupe de scientifiques issus de plusieurs universités américaines s'est focalisé sur la présence de deux gros trous présents au sommet de son crâne et appelés "fenêtres dorsotemporales". Ils publient leurs conclusions dans la revue

L'exemple des crocodiles

L'existence de ces trous est connu de longue date et jusqu'à présent les spécialistes estimaient qu'ils servaient à faire passer des fibres musculaires impliquées dans la mobilité de ses puissantes mâchoires. Une hypothèse mise en doute par Casey Holliday, de l'Ecole de médecine de l'Université du Missouri, qui a dirigé cette recherche. Pour en avoir le cœur net, il s'est tourné vers les alligators un groupe qui possèdent également ce type d'ouverture sur leurs crânes. Chez ces animaux, ce sont des vaisseaux sanguins qui les traversent.

Pour essayer d'appréhender leur fonction, les chercheurs ont utilisé une caméra thermique et filmé des alligators d'une ferme de Saint Augustine, en Floride. Leurs images montrent que lorsqu'il fait froid, et que les crocodiles cherchent à se réchauffer, deux points chauds apparaissent au niveau des fenêtres dorsotemporales. A l'inverse, lorsque le Soleil darde, les deux fenêtres semblent sombres "comme si elles avaient été fermées pour garder l'animal au frais", expliquent les auteurs dans un communiqué.

Image reconstituée d'un crâne de T.rex avec ses deux fenêtres dorsotemporales "allumées". Crédit : Brian Engh.

Une climatisation interne

Leurs observations des alligators confortent de récentes théories selon lesquelles ces reptiles diapsides possèdent un système circulatoire à courant croisé, une sorte de thermostat interne. Après avoir étudié les alligators, les chercheurs se sont à nouveau penchés sur [...]

Lire la suite sur sciencesetavenir.fr

A lire aussi