Y a-t-il eu un effet Covid sur les robes de mariée ?

·1 min de lecture

Les grains de riz ont déserté les marches des mairies, le vin d'honneur attend toujours d'être honoré, les pièces montées ne l'ont pas vraiment été : s'il est un secteur qui est sens dessus dessous depuis maintenant quinze mois et le début de la crise du coronavirus, c'est bien celui des mariages. Les robes de mariée, elles, sont restées dans les ateliers. Et ce printemps est l'occasion de les voir ressortir, avec de nouvelles tendances qui émergent. Pour les évoquer, Alexis Bleines, patron d’Alexis Mariage, propriétaire de Pronuptia, était l'invité d'Europe 1 mercredi midi.

>> EN DIRECT -Coronavirus : suivez l'évolution de la situation mercredi 26 mai

Pour le propriétaire de cette marque très connue des Français, le redémarrage est bien là, avec 35% des jauges pour une célébration en intérieur jusqu'au 9 juin, 50% jusqu'au 30 juin, avant un été moins contraignant. "Aujourd'hui, on se marie où on peut se marier ! Pour 2021, on va faire un peu de rattrapage. 2022 va être une bonne année, 2023 va être une excellente année", anticipe Alexis Bleines au micro de La France bouge

Trois profils depuis la réouverture

Mais les clientes n'ont pas attendu 2023 pour revenir en boutique et préparer ce moment unique (sur le papier). "On retrouve trois profils de femmes dans les boutiques depuis la réouverture : celles qui n'ont pas pu se marier en 2020 et qui se marient cette année, celles qui auraient pu acheter en mars et avril et qui se marient dans trois ou quatre mois, et cell...


Lire la suite sur Europe1

Notre objectif est de créer un endroit sûr et engageant pour que les utilisateurs communiquent entre eux en fonction de leurs centres d’intérêt et de leurs passions. Afin d'améliorer l’expérience dans notre communauté, nous suspendons temporairement les commentaires d'articles