A-t-on le droit de s’exprimer contre son entreprise ? La justice semble hésiter

Deux affaires très récentes semblent se contredire à première vue. La première, tranchée par la Chambre sociale de la Cour de cassation le 15 juin dernier, est venue confirmer le licenciement pour cause réelle et sérieuse d'une employée ayant tenu, hors de l'entreprise et en présence de tiers, des propos dénigrant contre son employeur. La seconde, jugée par la même chambre le 21 septembre, invalide celui d'un salarié qui avait remis en cause les directives qui lui étaient données par sa supérieure hiérarchique au cours d'une réunion interne.