Tête de mort, sorcière, fantômes… : quand l’espace joue à nous faire peur !

Découvrez six images du cosmos parfaites pour Halloween.

Phénomène météo extraordinaire : des visages effrayants sur les images satellite !

L’astéroïde d’Halloween

Était-ce un hasard qu’un astéroïde en forme de tête de mort passe près de la Terre un 31 octobre, jour d’Halloween pour une partie du monde ? Cela est arrivé deux fois déjà, en 2015 et en 2018, avec le même astéroïde d’une taille estimée entre 600 et 700 mètres, 2015 TB145. Les astronomes l’ont d’ailleurs surnommé l’astéroïde d’Halloween.

Que voit-on exactement ? 2015 TB145 est l’astéroïde d’Halloween. Sur les images radar capturées par feu Arecibo, le corps céleste apparait comme un crâne au milieu des ténèbres. © Naic-Arecibo, NSF
Que voit-on exactement ? 2015 TB145 est l’astéroïde d’Halloween. Sur les images radar capturées par feu Arecibo, le corps céleste apparait comme un crâne au milieu des ténèbres. © Naic-Arecibo, NSF

Le Soleil citrouille

Prise le 8 octobre 2014 par l’observatoire solaire dans l’espace SDO (Solar Dynamics Observatory), cette image de la chromosphère solaire hante chaque année les réseaux sociaux pour Halloween. Il faut dire qu’en plissant les yeux, on peut facilement reconnaître une citrouille percée d’un nez, d’yeux et d’une bouche qui esquisse un sourire. Un Jack la lanterne qui brule du feu intérieur du Soleil ! Quoi de mieux pour le 31 octobre.

Que voit-on exactement ? Les régions les plus claires visibles sur ce cliché du Soleil correspondent à des zones actives d’où jaillissent des boucles. Le Soleil n’est pas fait de feu, bien sûr. Ce sont les filtres de SDO qui donnent ici ces couleurs flamboyantes. © Nasa, GSFC, SDO
Que voit-on exactement ? Les régions les plus claires visibles sur ce cliché du Soleil correspondent à des zones actives d’où jaillissent des boucles. Le Soleil n’est pas fait de feu, bien sûr. Ce sont les filtres de SDO qui donnent ici ces couleurs flamboyantes. © Nasa, GSFC, SDO

Au cœur des ténèbres

Il y a quelques jours, la Nasa dévoilait une deuxième image des fameux « piliers de la création » prise par James-Webb. Capturée par son autre caméra, Miri, qui observe dans l’infrarouge moyen, elle nous montre la même région sous un autre angle. Le moins que l’on puisse dire est que l’ambiance y est particulièrement sombre, les piliers apparaissant lugubres, voire même cadavériques, avec des reliefs croulants. Pour ne rien enlever à ce climat sinistre, une lumière crépusculaire qui semble remonter des enfers remplit l’arrière-plan… C’est au cœur de ces ténèbres que...

> Lire la suite sur Futura

À lire aussi sur Futura