TÉMOIGNAGE. "Survivre à mon cancer des cervicales m'a redonné confiance en moi"

Avec le recul, elle en est certaine, survivre à son cancer des cervicales lui a permis de retrouver confiance en elle. Lorsque le couperet est tombé, Patricia Salazar, 31 ans à l’époque, était au meilleur de sa forme. Au top dans sa carrière d’athlète.

Mieux, elle était amoureuse et entretenait une relation avec son compatriote athlète d'endurance Aaron Toro (qui deviendra plus tard son mari). Mais tout a basculé le 7 octobre 2021 après un simple coup de fil de son gynécologue. Les résultats d'une biopsie de routine effectuée plusieurs semaines auparavant, étaient tombés.

Survivre à un cancer des cervicales

Sur un parking, seule, Patricia apprend qu’elle a des cellules cancéreuses sur son col de l’utérus. Après le choc de l’annonce, elle appelle sa mère. En décembre 2021, après avoir congelé ses ovules, Patricia subi une hystérectomie complète. Elle dit alors adieu à son utérus, son col, ses trompes de Fallope ainsi qu’à une tumeur de la taille d’un citron vert. Patricia enchaine ensuite avec cinq semaines de radiothérapie. A ce moment-là, elle ne réalise pas qu’elle avait eu des signes de cancer à plusieurs reprises.

Gratitude envers la vie

Dix ans plus tôt, Patricia avait été positive au VPH, une infection sexuellement transmissible provoquant souvent le cancer du col de l'utérus. Vu sa faible intensité, sa gynécologue lui affirme qu’elle n’a aucune raison de s’inquiéter. Mais elle se souvient également de spottings (...)

Lire la suite sur Closer

Kevin De Bruyne : qui est sa femme Michèle Lacroix ?
Kylian Mbappé : quelle est la taille de l’attaquant de l’équipe de France de football ?
Randal Kolo Muani : quelle est la taille de l’attaquant de l’équipe de France de football ?
Cauchemar en Grèce : après la disparition d’un célèbre médecin, deux autres touristes sont portés disparus
Kate Middleton de retour : son choix de chapeau n’était pas anodin, c’était un "subtil hommage" à Charles III