Témoignage : "L'endométriose m'a volé 18 ans de ma vie"

·1 min de lecture

"La maladie m'a volé 18 ans de ma vie. Des années d'errance diagnostique pendant lesquelles je n'ai fait que survivre, emprisonnée dans mon corps, martyrisée par des douleurs effroyables au-delà du supportable.

L'endométriose se caractérise, en effet, par la migration de fragments de l'endomètre, la muqueuse qui tapisse l'intérieur de l'utérus, hors de ce dernier. Ces fragments se développent alors dans les autres organes sous la forme de nodules, qui prolifèrent à l'image d'une toile d'araignée. Sachant que ces nodules conservent la même activité hormonale que l'endomètre, à chaque cycle menstruel. En résultent des douleurs d'une violence inouïe, qui s'apparentent à des coups de poignard tant ils lacèrent les entrailles en profondeur.

Ainsi, mon bas-ventre, mes intestins, ma vessie et mon rectum étaient comme piégés dans des fils barbelés. Uriner relevait du calvaire, j'étais déchirée par des lames de rasoir. Aller à la selle me foudroyait. Je souffrais également en faisant l'amour. Et ce, en amont des règles, pendant, et aussi après. D'un cycle à l'autre, je n'avais pas le temps de récupérer.

J'ai basculé dans l'enfer à 19 ans

Cela a commencé à la puberté, avec l'arrivée des règles, et j'ai basculé dans l'enfer à 19 ans. Dès lors, je me suis heurtée au mépris de certains médecins et à la maltraitance médicale qui va avec. Combien de fois m'a-t-on asséné : "C'est normal de souffrir. Toutes les femmes souffrent pendant leurs règles (...)

Lire la suite sur Topsante.com

Comment travailler son équilibre (et participer à Koh-Lanta)
Gingivite et parodontite, êtes-vous à risque ? Faites le test
Forte consommation de somnifères depuis le début du Covid-19
Vaccin covid-19 : un bébé vient au monde avec des anticorps
Vaccin AstraZeneka : le "Oui mais..." de la HAS