Témoignage : la douleur des proches endeuillés par le Covid-19

La douleur de Nathalie Coulomp est immense. Dimanche 21 mars, elle a perdu son mari, emporté par le Covid : "depuis dimanche, je suis perdue, j'ai perdu ma moitié, ça faisait 30 ans qu'on vivait ensemble, qu'on était mariés, on est arrivés dans le Nord tous les deux, on a tout fait ensemble, on a construit notre vie ici". Chauffeur de bus dans le domaine sportif, Didier Coulomp tombe malade le 23 février. Hospitalisé le 2 mars, placé en coma artificiel, il succombe une semaine plus tard. À la peine se mêle la colère "Mon mari faisait attention à tout, il avait toujours du gel sur lui, il mettait son masque tout le temps. Il faisait attention, il savait qu'il était dans les personnes à risque", témoigne Nathalie Coulomp. Didier était père de trois enfants. Il n'attendait qu'une chose : se faire vacciner. Âgé de 66 ans, il ne faisait pas partie de la tranche d'âge concernée par la campagne de vaccination actuelle. À la peine, se mêle aujourd'hui la colère. "Je suis dans cette révolte, si ça peut les motiver à aller se faire vacciner, faire comprendre aux politiciens qu'on a envie de se faire vacciner, j'aurais réussi quelque chose".