Témoignage de Daniel Cordier, Compagnon de la Libération : « Jean Moulin est à côté de moi, il est là »

Pierre Maurer
·2 min de lecture

Pour Daniel Cordier, "Jean Moulin est toujours vivant"

« Se trouver face à vous, c’est se trouver immédiatement, irrésistiblement, face à l’Histoire », lui déclarait le président Emmanuel Macron le 18 juin 2017, en le décorant de la Grand-Croix, le grade le plus élevé de la Légion d’honneur. Ancien secrétaire de Jean Moulin devenu marchand d’art réputé après la guerre, le compagnon de la Libération Daniel Cordier est mort ce vendredi 20 septembre à l’âge de 100 ans.

Longtemps, il s’est rendu à l’hôtel Lutetia à Paris pour attendre le retour de Jean Moulin, en vain. « Je suis allé attendre à tous les trains jusqu’au dernier », relatait-il dans le documentaire « Les derniers Compagnons de la Libération » de Jean-Charles Deniau, qui sera diffusé sur Public Sénat le samedi 27 novembre à 21 h et le dimanche 28 novembre à 9 h. « Et je pensais à une seule chose : que j’allais revoir Jean Moulin. Je ne sais pas comment vous expliquer : Jean Moulin est toujours vivant », confiait le vieil homme, emprunt d’émotion. « Il est à côté de moi, il est là. Il n’est jamais mort. »

Avec le temps pour remède, il clôt ce chapitre de sa vie et se lance dans le commerce d’œuvres d’artistes contemporains. Une vocation qui le rattache encore à « Rex ». « Je dois à Jean Moulin l’amour de la peinture. Il me disait ‘vous verrez, je vous montrerai Goya quand on ira au Prado, vous comprendrez ce dont je parle’ », expliquait-il.

Compagnon de route de « Rex »

Né Bouyjou-Gauthier à Bordeaux le 10 août 1920 au sein d’une famille de négociants aisés, il est placé très jeune dans un pensionnat dirigé par des dominicains. À l’adolescence, il fut camelot du roi à 14 ans et admirateur de Charles Maurras, le théoricien du nationalisme intégral, mais rompra avec son idole d’extrême droite en 1941. Face à la débâcle de l’armée française et à la capitulation du maréchal Pétain, il s’engage à 20 (...) Lire la suite sur Public Sénat

Report du Black Friday : une fausse solution pour un vrai problème, selon les sénateurs

Budget : le Sénat relève de nouveau le plafond du quotient familial

Le Sénat veut une reconnaissance du Haut-Karabagh

Confinement : 68 sénateurs réclament la reprise des sports en plein air

« Les commerces pourraient rouvrir le 28 novembre » affirme Roland Lescure