Témoignage : le combat d'une veuve de guerre pour inhumer son mari avec les honneurs

À Épinal (Vosges), le 1er novembre, les frères d'armes du caporal-chef Nicolas Verrier ont porté son cercueil. Mort à l'âge de 31 ans des suites d'une maladie contractée en opération au Liban en février 2009, il vient seulement d'être inhumé dans ce cimetière militaire, avec tous les honneurs dus à un soldat mort pour la France. "La même équité pour tous les soldats morts pour la France" C'est l'issue d'un long combat mené par Sabrina Verrier, sa veuve, et leurs trois enfants. Elle a remué ciel et terre pour que son mari soit inhumé dans cette nécropole. À l'époque du décès de son mari, cela était impossible pour les soldats morts en opération extérieure. "C'est ce que j'attendais. La phrase qu'on dit depuis 11 ans, mais c'est la même équité pour tous les soldats morts pour la France, peu importe le conflit, le grade", confie-t-elle. Pour obtenir tous les honneurs militaires, Sabrina Verrier a alpagué des présidents avant d'émouvoir Emmanuel Macron et son épouse Brigitte Macron. Elle a alors eu le feu-vert pour la cérémonie dans la nécropole.