Témoignage : chauffeur de bus, un "sacerdoce"

Depuis vingt et un ans, Jean-Christophe Columbo est chauffeur de bus sur le réseau de transports en commun de Bordeaux (Gironde). À 46 ans, il considère son véhicule "comme son bébé" et parle de son métier avec passion. Malgré sa vocation, il évoque les moments difficiles de sa carrière. "Dernièrement j'ai eu une altercation parce qu'on doit demander aux gens de valider leur titre de transport. Ce couple-là, ça ne leur a pas vraiment plu (...) la dame m'a craché dessus. (...) Le crachat, je pense que c'est la pire des choses qui puisse nous arriver, c'est pire qu'un coup de poing parce qu'on se sent sale", confie Jean-Christophe Columbo.

"On ne peut pas durer si on n'aime pas ça" Chauffeur de bus de père en fils, il ne souhaiterait pas que ses enfants perpétuent la tradition. "C'est un métier pénible", avoue-t-il. Sur la route, de jour comme de nuit, Jean-Christophe Columbo parle d'un "sacerdoce". "On ne peut pas durer si on n'aime pas ça", conclut le chauffeur.