Le témoignage accablant d’un des enfants maltraités de Noyelles-sous-Lens

À Noyelles-sous-Lens, la police est intervenue pour arrêter le couple accusé de maltraitance sur ses enfants.  - Credit:COURBE / MAXPPP / PHOTOPQR/VOIX DU NORD/MAXPPP
À Noyelles-sous-Lens, la police est intervenue pour arrêter le couple accusé de maltraitance sur ses enfants. - Credit:COURBE / MAXPPP / PHOTOPQR/VOIX DU NORD/MAXPPP

Un couple de Noyelles-sous-Lens sera jugé en janvier, soupçonné de violences et carences éducatives après la découverte, le 30 août dernier, par la police de deux de leurs dix enfants attachés à des chaises hautes, dans une situation d'hygiène « déplorable ». La situation familiale a été dénoncée par l'un des aînés de la fratrie, Bryan. « Porter plainte contre ses parents, c'est très difficile », a-t-il confié à TF1.

Lorsque les policiers sont intervenus, ils ont « constaté que deux enfants de 2 et 5 ans » se trouvaient « attachés à des chaises hautes pour qu'ils ne bougent pas » et dans un « état d'hygiène déplorable », a déclaré le procureur de la République de Béthune, Thierry Dran. « Toutefois, on ne peut pas dire qu'ils étaient couverts d'excréments, comme l'ont rapporté certains médias », a-t-il précisé.

Un système rodé

Bryan, un des aînés de la fratrie, a expliqué au micro de l'un des journalistes de la chaîne de télévision le mécanisme financier établi par ses parents. « On leur servait de salaire. À chaque enfant parti, un nouveau-né arrivait », a-t-il indiqué, précisant que son père n'a travaillé que six mois dans sa vie grâce à l'argent des aides sociales et que sa mère ne travaillait pas. « C'était leur seul revenu, s'il n'y avait pas d'enfant à la suite, ils perdaient de l'argent », a-t-il ajouté.

À LIRE AUSSIMaltraitance : à Orléans, une unité « soulage la douleur des enfants »

Les parents, un homme de 44 ans et une femme de 40 ans, sont soupçonné [...] Lire la suite