Le télescope spatial Webb a réussi la manœuvre la plus complexe et risquée jamais réalisée dans l'espace

·2 min de lecture

Après un lancement parfait, et ce n’est pas peu dire, la mise en service de l’observatoire James-Webb avait débuté seulement quelques heures après sa séparation avec Ariane 6. Cette mise en service, qui n’est évidemment pas le début des opérations scientifiques, consiste à rendre progressivement opérationnel l’observatoire avec le déploiement de tous ses équipements.

Grâce à Ariane 5, James-Webb fonctionnera plus longtemps que prévu

Des étapes cruciales qui conditionnent le bon fonctionnement du James-Webb. Elles sont réalisées automatiquement et totalisent plusieurs centaines de points de défaillance critiques susceptibles de rendre inopérant le télescope à tout moment ! D’où un certain stress chez les équipes de la Nasa et de Northrop Grumman, qui a réalisé le satellite, car ne l’oublions pas, contrairement au télescope Hubble, aucune opération de maintenance ne pourra être réalisée si un problème technique survenait.

Une manœuvre complexe

Après avoir déployé avec succès le bouclier thermique, puis le miroir secondaire, la Nasa annonce dans un communiqué avoir réussi à déplier l’imposant miroir primaire segmenté de 6,5 mètres de diamètre.

Cette manœuvre de déploiement est sans doute la plus complexe et risquée jamais réalisée dans l'espace par la Nasa

Ce déploiement a été une tâche complexe et risquée, sans doute la manœuvre de cette nature la plus complexe jamais réalisée par la Nasa. Cette manœuvre n’a pas seulement consisté à ce que les deux panneaux pliés (qui supportent chacun 3 des 18 segments qui forment le miroir primaire) sur chaque côté de la partie centrale du miroir s’ouvrent et se positionnent contre la...

> Lire la suite sur Futura

À lire aussi sur Futura

Notre objectif est de créer un endroit sûr et engageant pour que les utilisateurs communiquent entre eux en fonction de leurs centres d’intérêt et de leurs passions. Afin d'améliorer l’expérience dans notre communauté, nous suspendons temporairement les commentaires d'articles