Le télescope James Webb détecte la plus lointaine des galaxies connues, qui intrigue

Image infrarouge du télescope spatial James Webb, diffusée par la Nasa le 30 mai 2024, montrant la galaxie JADES-GS-z14-0, la plus lointaine jamais observée (HANDOUT)
Image infrarouge du télescope spatial James Webb, diffusée par la Nasa le 30 mai 2024, montrant la galaxie JADES-GS-z14-0, la plus lointaine jamais observée (HANDOUT)

Nouveau record pour James Webb: le télescope spatial a observé la plus lointaine galaxie jamais détectée, qui existait seulement quelque 290 millions d'années après le Big Bang, et son éclat a soufflé l'équipe de scientifiques internationaux ayant annoncé cette découverte jeudi.

Cette galaxie présente des particularités ayant de "profondes implications" pour notre compréhension des premiers âges de l'Univers, a déclaré la Nasa.

Nommée JADES-GS-z14-0, elle "n'est pas le genre de galaxies prédites par les modèles théoriques et simulations informatiques dans le tout jeune Univers", ont déclaré dans un communiqué deux chercheurs impliqués dans cette découverte, Stefano Carniani et Kevin Hainline.

"Comment la nature a pu créer une galaxie si lumineuse, massive, et grande en moins de 300 millions d'années?", ont-ils questionné.

Kevin Hainline, de l'université d'Arizona aux Etats-Unis, a raconté avoir "bondi" en découvrant la confirmation de sa distance.

"Si l'Univers était un film de deux heures, cette galaxie date des premières deux minutes et demie", a-t-il expliqué dans une vidéo publiée sur les réseaux sociaux.

Or elle est "extrêmement bizarre", a-t-il ajouté. "Elle est très brillante, assez grosse, elle pourrait contenir des preuves d'oxygène, et compte tenu de la taille de la région que nous avons explorée pour la trouver, nous pourrions en découvrir bien plus."

En astronomie, voir loin revient à remonter dans le temps. La lumière du Soleil met par exemple huit minutes à nous parvenir, et nous le voyons donc tel qu'il était il y a huit minutes. En regardant le plus loin possible, on peut ainsi percevoir des objets tels qu'il y a des milliards d'années.

Mais la lumière émise par les objets très lointains s'est étirée jusqu'à nous parvenir, et a "rougi" en chemin, passant dans une longueur d'onde invisible à l'oeil nu: l'infrarouge.

La particularité de James Webb, dont l'une des missions principales est d'explorer le tout jeune Univers, est de ne fonctionner que dans l'infrarouge.

- Record à battre -

Depuis son lancement en décembre 2021, le télescope avait déjà observé la galaxie jusqu'ici déclarée la plus lointaine, JADES-GS-z13-0, datant elle de 320 millions d'années après le Big Bang.

La nouvelle annoncée jeudi lui fait donc battre son propre record.

La lumière de cette nouvelle galaxie a pris plus de 13,5 milliards d'années à nous parvenir (le Big Bang a lui eu lieu il y a 13,8 milliards d'années).

Mais "le record ne compte pas" et pourra être de nouveau battu, a déclaré Kevin Hainline. "Ce qui compte c'est le fait que l'Univers semble grouiller de galaxies très brillantes."

JADES-GS-z14-0 contient beaucoup d'étoiles "ce qui est impressionnant compte tenu du peu de temps" passé entre le Big Bang et le moment observé, a-t-il expliqué.

Les traces d'oxygène détectées attisent tout autant la curiosité, car ce gaz "requiert que des étoiles aient vécu leur vie entière puis soient mortes dans des explosions de supernova".

La galaxie a d'abord été détectée en janvier 2023 grâce à l'imageur NIRCam, mais c'est grâce aux observations un an plus tard d'un autre instrument du télescope, le spectromètre NIRSpec, que la confirmation de sa distance a ensuite été livrée.

La galaxie fait plus de 1.600 années-lumière de diamètre, et sa masse est estimée à plusieurs centaines de millions de fois celle du Soleil.

Des articles sur cette découverte ont été soumis pour publication dans des revues scientifiques.

Bijou de technologie développé notamment par les agences spatiales américaine et européenne, le télescope James Webb est posté à 1,5 million de kilomètres de la Terre. Il est utilisé pour des observations par des scientifiques du monde entier.

"La quantité de découvertes faites sur le jeune Univers en seulement deux ans, depuis que le télescope a commencé à envoyer ses données scientifiques, est dingue", a souligné Kevin Hainline. Et "avec un peu de chance James Webb va continuer à nous fournir des résultats comme ceux-là durant des décennies."

la/rle