Télescope Gaia, vague de chaleur précoce et don du sang : l'actu des sciences en ultrabrèves

ESA/GAIA/DPAC, CC BY-SA 3.0 IGO

Au sommaire des ultrabrèves du 14 juin 2022 : la révélation du troisième catalogue du satellite Gaia, l'arrivée d'une vague de chaleur "anormale" en France et l'appel aux dons de sang et de plasma pour reconstituer les réserves avant l'été, amaigries par la crise du Covid-19.

L'actualité scientifique du 14 juin 2022, c'est :

En fondamental : .

  • Lancé en 2013, le satellite Gaia est chargé d'observer les étoiles de la Voie lactée à l'aide de ses deux télescopes et de ses trois instruments.

  • Avec 1,8 milliard d'objets dans sa besace, dont la très grande majorité sont des étoiles, Gaia a rempli son but. Le nouveau catalogue apporte des informations sur ces astres en précisant leurs couleurs, leurs masses, leurs âges et leurs températures.

  • De quoi appréhender la composition des étoiles : certaines contiennent plus de métaux lourds que d'autres selon leur âge, d'autres sont constituées de matière primordiale, ce qui signifie qu'elles ont commencé à briller très tôt dans le jeune Univers.

En nature : .

  • Avec des pointes à plus de 40 degrés, une vague de chaleur asphyxiait l'Espagne lundi 13 juin 2022, survenant quelques jours après le mois de mai le plus chaud depuis au moins 100 ans dans le pays.

  • Une dépression entre les Açores et Madère ramène sur l'Europe occidentale de l'air très chaud en provenance du Maghreb. "Cette chaleur extrême, à ce moment du printemps, n'est pas normale" et est due au "réchauffement climatique", selon M. Del Campo, porte-parole de l'agence météorologique espagnole.

  • L'air chaud arrivera mardi dans le sud-ouest de la France avec un pic à 35-36°C, avant de se diffuser vers le nord. Un record a été enregistré lundi à l'échelle de la France pour 2022, avec un pic à 37,6°C à Cuers, dans le sud-est.

En santé : !

  • Il manque 30.000 poches de sang à l'Etablissement Français du Sang pour aborder l'été 2022 sereinement. Pour l'heure, les réserves baissent.

  • Chaque semaine, l'EFS doit collecter environ 50.000 poches de sang pour satisfaire les besoins de santé hospitaliers. Mais “lors de la crise sanitaire liée au Covid-19, environ 30% des collectes n’ont pas pu se déployer”, explique François Toujas, président de l’EFS.

  • Les collectes d’été sont connues pour être peu rentables, les donneurs étant en vacances. L’EFS espère une[...]

Lire la suite sur sciencesetavenir.fr

A lire aussi

Notre objectif est de créer un endroit sûr et engageant pour que les utilisateurs communiquent entre eux en fonction de leurs centres d’intérêt et de leurs passions. Afin d'améliorer l’expérience dans notre communauté, nous suspendons temporairement les commentaires d'articles