Télétravail : des salariés privés de tickets-restaurants

Son bureau se trouve entre son entrée et sa salle de bain. Cyril Monmouton, ingénieur logiciel, télétravaille depuis un an, avec à peine le temps de déjeuner, entre réunions et programmation. Et les repas lui coûtent plus cher depuis qu'il est chez lui : il n'a plus le droit à ses précieux tickets-restaurants autrefois donnés par son employeur. "Du jour au lendemain on m'a dit 'non tu n'as plus rien'. Je ne sais plus la formulation exacte mais c'était 'vous ne venez pas travailler, donc du coup vous n'avez pas de frais supplémentaires, donc on vous les enlève'", raconte ce salarié de l'entreprise Schlumberger. 110 employés dans le même cas Depuis le 20 avril 2020, son entreprise ne délivre plus de tickets-restaurants à ses 110 employés de Montpellier (Hérault). C'est pourtant une multinationale américaine solide. Ses employés ne comprennent pas. "C'est quand même un grand groupe, qui a les moyens. Essayer de récupérer 5 euros par jour par salarié ce n'est pas correct", lance Maxime Pinchon, ingénieur logiciel également.