Le télétravail rebat les cartes de l'immobilier

·2 min de lecture

Ce mode d’organisation s’installe dans les habitudes, et les entreprises revoient à la baisse leurs besoins en mètres carrés.

Si la crise sanitaire a modifié durablement des comportements, c’est bien dans le rapport au travail. Parmi les salariés, le télétravail, souvent instauré dans l’improvisation lors du premier confinement, fait la quasi-unanimité. Ils sont en effet 98% à déclarer vouloir poursuivre ce mode d’organisation, d’après une large étude de l’UGICT-CGT menée avec l’appui de la Dares. Ce plébiscite survient alors que, dans son dernier protocole sanitaire, l’État a levé l’obligation faite aux entreprises de prévoir un nombre minimal de jours hors du bureau. Cet assouplissement ne signe pas la fin du travail à distance. Les accords négociés à ce sujet avec les partenaires sociaux, sur la base de l’accord national interprofessionnel de l’automne dernier, sont de plus en plus nombreux. Entre janvier et août, 1749 accords ont déjà été conclus après 1980 déposés en 2020, selon la Direction générale du travail. Et 22% des salariés travaillaient fin juillet dans une entreprise ayant mis en place au moins un jour hebdomadaire de télétravail, particulièrement dans les grandes structures, relève la Dares.

Ce changement conduit les entreprises à se réorganiser. Elles développent les bureaux partagés (flex office), tentant dans le même temps d’économiser des mètres carrés –l’immobilier est souvent leur deuxième poste de dépenses après la masse salariale. Chez Nexity, le directeur général délégué chargé des services, Jean-Claude Bassien, remarque : «Il y aura un avant et un après-Covid. Le nombre d’appels d’offres sur les réaménagements de bureaux et d’annonces de sous-locations augmente. Les entreprises, contraintes par leur bail, se laissent aussi le temps de mesurer l’impact des réorganisations sur leur productivité avant de revoir leur(...)


Lire la suite sur Paris Match

Notre objectif est de créer un endroit sûr et engageant pour que les utilisateurs communiquent entre eux en fonction de leurs centres d’intérêt et de leurs passions. Afin d'améliorer l’expérience dans notre communauté, nous suspendons temporairement les commentaires d'articles