Télétravail obligatoire : Jean-Baptiste Lemoyne appelle «au bon sens» des entreprises

·1 min de lecture

Un casse-tête pour les entreprises. A partir de la rentrée, les salariés qui le peuvent devront exercer au minimum trois jours par semaine en télétravail . Une mesure voulue par la ministre du Travail, Elisabeth Borne , face à la forte reprise de l'épidémie de Covid-19 et son variant Omicron . En cas de non-respect, des sanctions pourront aller jusqu'à 2.000 euros. Mais sur Europe 1, le ministre délégué chargé des PME depuis novembre dernier, Jean-Baptiste Lemoyne, a fait part de sa confiance envers tous les professionnels.

>> Retrouvez Europe midi en replay et en podcast ici

Une obligation mal vécue par les entreprises

"Il faut faire confiance au bon sens", a affirmé Jean-Baptiste Lemoyne sur Europe 1, rappelant que le gouvernement accélère le télétravail "parce que le virus accélère". Auparavant, au micro d'Europe 1, le secrétaire général de la Confédération des petites et moyennes entreprises (CPME), regrettait cette obligation : "Ce qui va se passer, c'est que l'inspecteur du travail, en quelque sorte, aura un carnet à souches et pourra mettre une amende. Ce n'est pas comme ça que les choses doivent fonctionner".

Jean-Baptiste Lemoyne insiste sur le fait que cette obligation ne concernera que les salariés pour qui il est possible de travailler à distance, "comme les postes liés à l'administration, à la gestion d'entreprise". "Ce qui doit prévaloir, c'est le bon sens et l'engagement parce qu'on peut compter sur l'engagement des entrepreneurs (...). Je crois toujour...


Lire la suite sur Europe1

Notre objectif est de créer un endroit sûr et engageant pour que les utilisateurs communiquent entre eux en fonction de leurs centres d’intérêt et de leurs passions. Afin d'améliorer l’expérience dans notre communauté, nous suspendons temporairement les commentaires d'articles