Télétravail : le gouvernement met la pression sur les entreprises

Elisabeth Borne, ministre du Travail, a affirmé jeudi 4 février que le recours au télétravail s'érodait progressivement depuis la fin du mois de novembre. "Le recul est même significatif. Il apparaît dans l'enquête réalisée par Harris Interactive pour le ministère du Travail : fin janvier, seuls 36 % des actifs étaient en télétravail, contre un peu plus de quatre sur dix en novembre [2020], lors du deuxième confinement", explique le journaliste David Boéri sur le plateau du 12/13, vendredi 5 février. La bonne volonté des salariés et des employeurs Ainsi, de plus en plus de salariés sont présents physiquement dans leurs entreprises, y compris dans les métiers qui peuvent être exercés à distance. "Aujourd'hui, ils le sont effectivement dans 64 % des cas [en janvier 2021], contre sept cas sur dix en novembre [2020]. Ce qui fait dire à la ministre du Travail qu'il y aurait actuellement près de 2,5 millions de salariés qui pourraient facilement télétravailler, mais qui ne le font pas", poursuit le journaliste. Pour inverser cette tendance, le gouvernement compte sur "la bonne volonté des salariés comme des employeurs", précise David Boéri, car le télétravail n'est toujours pas une obligation légale, mais seulement une recommandation. De plus, le gouvernement doit également prendre en compte les difficultés rencontrées par les salariés, qui se sentent parfois isolés et angoissés en télétravail.