Télétravail: Gabriel Attal annonce que les contrôles "vont augmenter"

Julien Bonnet
·1 min de lecture

Le porte-parole du gouvernement Gabriel Attal, invité ce dimanche de BFM Politique, a souligné que les entreprises qui ne mettent pas en place le télétravail s'exposent à des sanctions, comme des mises en demeure.

Alors que Jean Castex a demandé jeudi de "pousser au maximum le télétravail", le porte-parole du gouvernement, Gabriel Attal, a rappelé ce dimanche que les entreprises qui ne jouaient pas le jeu s'exposent à des sanctions.

"Quand on dit qu'il faut télétravailler, quand on peut télétravailler, qu'on met en place des contrôles, des mises en demeure, des sanctions qui peuvent exister, tout ça on va l'augmenter", a souligné Gabriel Attal, invité de BFM Politique.

"Il y a eu plusieurs dizaines de mises en demeure qui ont été faites à des entreprises ces dernières semaines", a précisé notre invité.

Sur ce sujet du télétravail, l'Etat veut toutefois avant tout favoriser le dialogue et non la répression:

"Ce que je dis (aux entreprises), c'est d'abord qu'on les accompagne. (...) Quand on dit contrôles, quand l'inspection du travail se déplace, c'est évidemment d'abord pour faire de la pédagogie et pour accompagner. Parfois, il y a des personnes qui ne télétravaillent pas parce que leur employeur, de bonne foi, ne s'est pas forcément dit qu'il pouvait les faire télétravailler."

Article original publié sur BFMTV.com

Ce contenu peut également vous intéresser :