Télétravail : ces entreprises qui ont décidé de se débarrasser de leurs bureaux

Durant le confinement en France, 4 salariés sur 10 étaient en télétravail, et ils seront bientôt trois millions à l'exercer régulièrement selon le ministère du Travail. Si bien que certains patrons envisagent de se séparer des bureaux qui deviendront inutilisés. C'est le choix fait par ce directeur de cabinet de conseil qui louait 130 mètres carrés de bureaux pour ses cinq employés de passage. Il vient de résilier son bail, il n'aura plus de locaux en septembre. Les réunions ou événements se feront dans des bars ou des restaurants, et c'est désormais une nouvelle manière de travailler en équipe qui s'installe, et 3 800 euros d'économies par mois à la clé. La liberté de travailler d'où on le souhaite "À un moment donné on pense qu'être dans les bureaux ça vaut travail, ça vaut performance. Alors que sans bureaux, on sera obligés en permanence de n'être unis que par la mission commune, par nos objectifs", pose Olivier Babeau, président fondateur de l'Institut Sapiens. Ce fonctionnement à distance, l'entreprise ne le pratiquait pas avant. Mais depuis le confinement, tous les salariés sont devenus des convertis. "Si demain je veux aller travailler à la campagne, à la mer, en Alsace, en Ardèche ou en Bretagne, je peux le faire", donne comme exemple Erwann Tison, salarié de Sapiens. Et ce sans arrêter de travailler.