Télétravail : les entreprises bientôt sanctionnées ?

  • Oops !
    Une erreur est survenue.
    Veuillez réessayer plus tard.
·1 min de lecture
Dans cet article:
  • Oops !
    Une erreur est survenue.
    Veuillez réessayer plus tard.
  • Élisabeth Borne
    Femme politique et haute fonctionnaire française

Pour la première fois depuis le début de l'épidémie, le gouvernement veut donc inscrire dans la loi l'obligation de respecter la règle du télétravail. Avec à la clé, la possibilité pour l'inspection du travail de verbaliser les entreprises qui ne jouent pas le jeu des amendes administratives. 

Elisabeth Borne beaucoup plus ferme

La ministre du Travail, Elisabeth Borne, recevait aujourd'hui les partenaires sociaux avec un message clair : le gouvernement va se montrer beaucoup plus ferme sur l'application du télétravail. 

>> A LIRE AUSSI - Variant Omicron : quel protocole pour la rentrée scolaire ?

Jusqu'à présent, les entreprises risquaient une sanction pénale beaucoup plus difficile à mettre en place. D'ailleurs, aucune n'a été prononcée jusqu'à présent. L'objectif du gouvernement, c'est donc de mettre un coup de pression sur les entreprises réfractaires. Un tour de vis très peu apprécié par la Confédération des Petites et Moyennes Entreprises (CPME).

L'amende pourrait tourner autour des 2.000 euros par salarié

"Ce qui va se passer, c'est que l'inspecteur du travail, en quelque sorte va avoir un carnet à souches et pourra mettre une amende. Je suis désolé, mais ce n'est pas comme ça que les choses doivent fonctionner. Ça donne l'impression que, du côté du gouvernement, on ne peut plus simplement se baser sur la confiance et considérer les entreprises comme des partenaires et qu'il faut qu'on sorte le bâton et ce qu'on leur envoie comme message n'est pas bon", a pesté ...


Lire la suite sur Europe1

Notre objectif est de créer un endroit sûr et engageant pour que les utilisateurs communiquent entre eux en fonction de leurs centres d’intérêt et de leurs passions. Afin d'améliorer l’expérience dans notre communauté, nous suspendons temporairement les commentaires d'articles