Comment le téléscope James-Webb aide les scientifiques à en savoir plus sur les collisions de galaxies

© CHINE NOUVELLE/SIPA

Voici une des premières images  du télescope James-Webb, révélée le 12 juillet 2022 . Elle représente cinq galaxies dont le regroupement s’appelle « quintette de Stephan ». Les premières images des nouveaux télescopes doivent répondre à la curiosité légitime du public et à la fringale des chercheurs qui les attendent depuis de nombreuses années… et ainsi être à la fois sensationnelles et scientifiquement instructives. Parmi les cibles privilégiées figurent donc les collisions galactiques. Lorsque des galaxies se rencontrent, les forces de marée les déchirent et façonnent de spectaculaires queues. Les processus induits – chocs, formation d’étoiles et d’amas, accrétion et éjection de gaz autour de noyaux actifs – intéressent tout particulièrement les astrophysiciens.

Or le « quintette de Stephan »  que l’on voit sur cette image offre non pas un, mais cinq exemples de galaxies en collision ! Ce système exceptionnel avait déjà alimenté le florilège du télescope spatial Hubble et le calendrier du télescope terrestre Canada-France-Hawaii .

L’image prise par le James-Webb est le résultat d’une combinaison complexe de différentes images monochromatiques, obtenues avec deux instruments du télescope spatial, NIRCam  et MIRI . Les images individuelles dévoilent des facettes différentes des galaxies : étoiles jeunes ou vieilles, gaz ionisé ou moléculaire. L’image combinée illustre avec de fausses couleurs la distribution spatiale de chaque composante.

En quoi cette image prise avec le Ja...


Lire la suite sur LeJDD