"Les téléphones portables mettent en danger la santé des citoyens !" : l'appel d'associations au gouvernement

*

Depuis plus de 30 ans les industriels de la téléphonie mobile ont sciemment choisi de tromper les milliards d'utilisateurs de téléphones portables, en les surexposant bien au-delà des seuils d'exposition générant des risques pour la santé des citoyens et celle de leurs enfants. Ce nouveau scandale industriel et sanitaire porte un nom : le "phonegate".

Profitant d'une réglementation faite sur mesure en 1993 par l'entremise d'une agence non gouvernementale, à savoir l'ICNIRP (Commission internationale sur la protection contre les radiations non ionisantes), les fabricants bénéficient depuis de seuils limites d’exposition qui ne prennent en compte que les effets dits thermiques, ignorant sciemment les effets biologiques apparaissant à court ou à long terme. Un système de régulation, au niveau international, leur permet, en toute déloyauté, de privilégier la puissance d'émission des appareils à la santé publique.

La grande majorité des agences de régulation et de contrôle internationales, dont fait partie l'Agence nationale des fréquences (ANFR) ont fermé les yeux sur ces pratiques trompeuses et ont cautionné le discours ambiant privilégiant les intérêts des mêmes industriels, le tout grâce à un mélange tout à fait dérangeant de conflits d'intérêts à tous les étages.

Urgence d'agir

Quand aux pouvoirs publics, le moins que l'on puisse dire, c'est qu'encore une fois, ils auront attendu d'être mis au pied du mur, pour enfin réagir.



Lire la suite