Le téléphérique va-t-il remplacer le métro des villes?

·2 min de lecture
Pour afficher ce contenu, vous devez mettre à jour vos paramètres de confidentialité.
Cliquez ici pour le faire.

TRANSPORT - Brest, Orléans, Villeneuve-Saint-Georges, Grenoble... Réalisés ou en projet, les téléphériques urbains ont le vent en poupe en France. Ce moyen de transport centenaire a souvent été largement relégué aux régions montagneuses durant la période des sports d’hiver.

Aujourd’hui, la recherche de nouvelles formes de mobilité pousse les mairies à adapter les cabines aériennes au réseau de transport en commun. Comme vous pouvez le découvrir dans la vidéo en tête de cet article, la tâche est loin d’être aisée. À Toulouse, où le plus grand téléphérique urbain de France est en train d’être achevé, il a fallu repenser les systèmes de sécurité, l’usure, la conception des gares...de manière à intégrer le téléphérique dans un tissu urbain où 3,8 millions de déplacements ont lieu quotidiennement.

Moins cher qu’un tramway

Dans la préfecture occitane, le choix du téléphérique s’est imposé sur les autres moyens de transports en commun pour des raisons pragmatiques avant tout, comme l’a résumé au HuffPost Jean-Michel Lattes, troisième adjoint et président de Tisséo, la régie locale des transports: “On est sur un coût de construction qui est bien moindre que celui d’un kilomètre de métro ou de tram.”

Mais ce n’est pas tout. Le téléphérique, donc un transport en hauteur, permettait à la nouvelle ligne de passer une ligne droite par-dessus une zone protégée classée Natura 2000. Seul dérangement pour le hibou grand-duc habitant ces terres: la pose des pylônes. Eux aussi ont dû être repensés pour s’intégrer à l’environnement, allant de la zone d’activité très en pleine effervescence à un milieu naturel quasi intact.

Ces trois stations étalées sur trois kilomètres au sud de la ville permettront aux usagers de ne plus avoir à prendre leur voiture, ou de multiples modes de transport, tout en s’intégrant aux transports en commun déjà présents. Si tout se passe bien durant les mois de tests à venir, le téléphérique toulousain ouvrira ses portes au public début 2022.

Pour d’autres métropoles, l’expérience sera plus qu’intéressante à suivre. À Lyon, où un projet avancé de téléphérique donne lieu à des débats enflammés, mais aussi à Bordeaux ou encore à Paris. Il s’agit désormais pour la ville rose de faire oublier le cas de Brest, précurseur malheureux des téléphériques urbains: depuis son inauguration en 2016, il souffre d’avaries chroniques qui ont largement entamé son image.

À voir également sur Le HuffPost: RailCoop, la coopérative qui veut ressusciter les voies ferrées laissées pour mortes

Cette vidéo fait partie de notre série de vidéos “En Transit.ion”. Comment se déplacera-t-on (mieux) demain? Retrouvez nos sujets et reportages sur cette page. Cette série de vidéos est soutenue par Toyota. Vous pouvez consulter notre charte des partenariats ici. Une idée, une information à partager pour cette série de reportages? Vous pouvez nous écrire à l’adresse entransition@huffpost.fr

Tous nos épisodes ci-dessous:

Pour afficher ce contenu, vous devez mettre à jour vos paramètres de confidentialité.
Cliquez ici pour le faire.

Cet article a été initialement publié sur Le HuffPost et a été actualisé.

Lire aussi:

Notre objectif est de créer un endroit sûr et engageant pour que les utilisateurs communiquent entre eux en fonction de leurs centres d’intérêt et de leurs passions. Afin d'améliorer l’expérience dans notre communauté, nous suspendons temporairement les commentaires d'articles