Téléphérique : l'accident italien interroge aussi en France

·1 min de lecture

C’est l’accident de téléphérique le plus meurtrier en Europe depuis près de 20 ans. La chute d'une cabine de téléphérique a fait 14 morts, dont cinq Israéliens, et un blessé grave dimanche à Stresa, une station balnéaire du Piémont sur les rives du lac Majeur, dans le nord de l'Italie. Selon les premiers éléments de l’enquête, l’accident serait dû à la rupture d’un câble. La cabine a ensuite fait une chute d'une quinzaine de mètres, puis a dévalé une partie de la pente avant de s'écraser contre un arbre. Mais faut-il craindre un accident de ce type en France ? Laurent Rénaud, le délégué général du Syndicat des téléphériques de France, a répondu lundi midi sur Europe 1. 

>> Retrouvez Europe midi en replay et en podcast ici

Des contrôles tous les 3 à 5 ans pour les câbles 

Lors de l’accident, le téléphérique, d’une capacité de 35 personnes, ne transportait que 15 passagers. La thèse d’une surcharge est donc écartée. "Aujourd’hui on ignore ce qui s’est produit en Italie et s’il y a lieu dans d’autres pays d’envisager des mesures de contrôles. D’une façon générale, les contrôles ont lieu quand un certain nombre d’heures ou une certaine durée sont atteints, comme par exemple au bout de 3 à 5 ans pour les câbles", explique Laurent Rénaud. 

La cause exacte de l’accident en Italie n’est pas connue pour le moment. "La télécabine était sur le point d'atteindre Mottarone. À un certain moment, cependant, elle a commencé à reculer. La télécabine a probablement heurté le pylône sur l...


Lire la suite sur Europe1

Notre objectif est de créer un endroit sûr et engageant pour que les utilisateurs communiquent entre eux en fonction de leurs centres d’intérêt et de leurs passions. Afin d'améliorer l’expérience dans notre communauté, nous suspendons temporairement les commentaires d'articles