Le système de retraite en France serait l’un des pires au monde, selon un rapport

Le système de retraite en France serait l’un des pires au monde selon un rapport

La France occupe une piteuse 51e place dans le classement international des systèmes de retraite établi par le groupe Allianz. En tête, on retrouve la Suède, la Belgique et le Danemark. 

Occultée en ce début d’année à cause de la crise du coronavirus, la question des retraites revient sur le devant de la scène ces derniers jours. En cause, un rapport de l’assureur Allianz qui a analysé et classé les systèmes de retraite de soixante-dix pays dans le monde. Et le résultat est peu reluisant pour la France, reléguée dans les profondeurs du classement en 51e position.

À LIRE AUSSI >> Voici les 10 meilleurs pays pour passer votre retraite

Tous les pays étudiés se sont vu attribuer une note de 1 à 7 (1 étant la note maximale) selon divers critères. Ce classement prend en compte les conditions initiales (démographiques et budgétaires), leur viabilité ainsi que la différence avec le niveau de vie d’un actif. Plus celle-ci est grande, plus le pays sera pénalisé.

Un système de retraite “généreux mais insoutenable”

“Étonnamment, la France arrive derrière l’Espagne (44e) en 51e position. Comme son voisin espagnol, la France dispose d’un système de retraite généreux mais insoutenable. Paris pourrait penser à un âge de départ à la retraite plus élevé”, recommande l’étude. Plombé par les paramètres sur sa viabilité financière, l’Hexagone obtient la note de 4,16. Ce qui la place très loin des bons élèves en la matière : la Suède (2,91), la Belgique (2,92), le Danemark (2,96), la Nouvelle-Zélande (3) et les États-Unis (3,04) ont la faveurs de l’assureur.

Pour le groupe Allianz, "le constat est préoccupant” car “seule une poignée de pays, dont la Suède, la Belgique et le Danemark sont prêts pour le choc de la transition démographique".

À l’origine du rapport, l’économiste Michaela Grimm reconnaît que "le problème des retraites n'est pas nouveau." Mais, selon elle, "la crise du coronavirus et son lot de nouvelles dettes changent la donne. Une des conséquences de la pandémie sera certainement que nous devrons redoubler d'efforts pour reformer nos systèmes de retraites. Le peu qui restait de marge de manœuvre budgétaire s’est envolé”.