Système de retraite : comment ça se passe ailleurs en Europe ?

·4 min de lecture
Système de retraite : comment ça se passe ailleurs en Europe ?

Totalement mis de coté depuis l'arrivée de la pandémie, le dossier de la réforme des retraites ressurgit ces derniers jours en France. Tour d'horizon des retraites chez nos voisins européens. 

À peine le mot prononcé qu’il suscite divisions et vives réactions. Le serpent de mer des retraites a refait surface ces derniers jours dans le débat politique après seize mois de pause en raison de la crise sanitaire. Dans une interview au JDD, Bruno Le Maire a estimé que cette réforme, sujet d’intenses mouvements sociaux en 2019, restait une "priorité". "Nous savons tous que notre système de répartition auquel nous sommes attachés ne peut marcher que s’il n’y a pas de déficit", a renchéri le ministre de l’Économie cette semaine sur RMC et BFMTV. Le déficit du système de retraites a atteint 13 milliards d’euros en 2020.

67 ans pour l’Islande et l’Italie

En Europe, de nombreuses disparités existent sur l’âge légal de départ à la retraite. Si la moyenne tourne autour de 65 ans, l’Islande et l’Italie sont les moins bien lotis avec un âge légal fixé à 67 ans. Partout, le manque d’actifs et le nombre croissant de retraités pèse sur les finances. C’est pourquoi le Danemark prévoit un passage à 68 ans à l’horizon 2030 et le spectre d’une retraite à 70 ans a alimenté les débats en Allemagne ces derniers mois.`

À LIRE AUSSI >> Dans quel pays les retraités sont-ils les mieux lotis ?

À l’autre bout de l’échelle, la Suède (61 ans), la Norvège (62 ans) et… la France (62 ans) trustent le podium des pays où les seniors peuvent partir le plus tôt selon les données de La retraite en clair. "L'âge de départ en retraite dépend des durées de cotisations. Les disparités sont bien présentes en Europe : l'Allemagne est en tête avec une durée de cotisation de 45 ans contre 40 ans au Portugal et en Grèce", précise le site spécialisé.

Dans certains États, les femmes ont le droit de partir à la retraite avant les hommes. Sont concernés : l’Autriche, la Croatie, la Lituanie, la Pologne, la République tchèque, la Roumanie et la Suisse.

Système de retraite : comment ça se passe ailleurs en Europe ?
Système de retraite : comment ça se passe ailleurs en Europe ?

À chacun sa méthode

Concernant le calcul des droits, on distingue trois grands axes : le régime en annuités, les retraites à points et les “comptes notionnels”. Le premier est utilisé par une majorité d’États, dont la France. Avec ce système, la pension se base sur trois facteurs : le salaire de référence, la durée de cotisation et le taux d’annuité. Le système de retraite à points, plébiscité en Allemagne, s’appuie sur les cotisations versées au fil de la carrière, converties en points. Plus vous avez de points, meilleure sera le montant de la retraite. 

Enfin, le régime en comptes notionnels permet aux actifs d’accumuler un capital “virtuel” qui correspond à la somme des cotisations versées. Ce capital, accumulé tout au long de la vie active, est converti à l'âge de la retraite en une rente viagère. L’Italie, le Danemark et la Suède ont opté pour ce mode de calcul avec bien sûr des subtilités pour chacun d'entre eux. 

VIDÉO - En Italie, gouvernement offre une aide exceptionnelle aux familles pour relancer la natalité

Le modèle suédois, une fausse bonne idée ?

C’est d’ailleurs le système de retraite suédois qui inspire Emmanuel Macron pour sa possible réforme à venir. Dans le pays scandinave, tous les citoyens sont traités de la même manière sous un seul et même régime des retraite. 

Le principe ? Chaque euro cotisé donne lieu aux mêmes droits quel que soit le statut du travailleur. En fin de carrière, pour attribuer la pension, sont additionnés les salaires, les indemnités chômage et maladie. Ce dispositif a été mis en place pour encourager les départs plus tardifs. En partant à 61 ans, l’âge légal, ils ne touchent qu’une pension partielle. Résultat : la moyenne d’âge du départ à la retraite est de 65 ans contre à peine 63 ans en France.

>> Inscrivez-vous à notre newsletter "Yahoo Pour Vous" pour recevoir toutes les infos utiles pour votre quotidien

Si le système suédois, instauré en 2001, a eu le mérite de rééquilibrer les comptes, il a aussi vidé le portefeuille des retraités. 16,1% des Suédois de 65 ans et plus sont menacés par la pauvreté, contre 9,5% des seniors français, précise Eurostat. Et ce pour une bonne raison. Le montant des points cotisés tout au long de la carrière peut évoluer en fonction des performances économiques du pays. Moins la croissance est bonne, moins la pension est élevée. 

Les retraites des Suédois ont baissé à trois reprises en 2010, 2011 et 2014 à cause de la crise financière. En 2017, l'ancien Premier ministre suédois Göran Persson avait lui-même reconnu cet effet pervers : "Nous avons le meilleur système de retraite au monde, avec le seul petit défaut qu’il donne des pensions trop basses". Ses compatriotes ne manqueront pas d'acquiescer sa remarque. 

Ce contenu peut également vous intéresser :