Le Système solaire ne se serait formé qu'en 200.000 ans !

Nathalie Mayer, Journaliste
·1 min de lecture

De l’effondrement d’un nuage de gaz et de poussière à l’allumage d’une étoile, il faut en principe entre un et deux millions d’années. Mais combien exactement pour former un système planétaire ? Des chercheurs du Lawrence Livermore National Laboratory (LLNL, États-Unis) annoncent qu’il n’a fallu à notre Système solaire que 200.000 ans pour voir le jour.

200.000 ans ? Une éternité ! Non. Loin de là. Cela fait déjà plus de 200.000 ans — possiblement même 300.000 ans — que Homo sapiens foule la terre de notre belle Planète. Et « si nous ramenons cela à une durée de vie humaine, la formation du Système solaire serait à comparer à une grossesse d’environ 12 heures au lieu de 9 mois », précise Greg Brennecka, astrochimiste au LLNL, dans un communiqué.

Cette image, obtenue grâce au Grand réseau d’antennes millimétrique/submillimétrique de l’Atacama (Alma), montre le disque protoplanétaire entourant la jeune étoile HL Tauri et révèle des sous-structures à l’intérieur du disque qui n’avaient jamais été vues auparavant. Y compris les positions possibles des planètes se formant dans les taches sombres du système. © Alma, ESO
Cette image, obtenue grâce au Grand réseau d’antennes millimétrique/submillimétrique de l’Atacama (Alma), montre le disque protoplanétaire entourant la jeune étoile HL Tauri et révèle des sous-structures à l’intérieur du disque qui n’avaient jamais été vues auparavant. Y compris les positions possibles des planètes se formant dans les taches sombres du système. © Alma, ESO

Les plus anciens minéraux du Système solaire ont parlé

Pour en arriver à cette conclusion surprenante, les astronomes ont étudié des inclusions minérales riches en calcium et en aluminium (CAI) que l’on trouve dans les météorites chondrites carbonées. Ces minéraux, les plus anciens du Système solaire, se sont probablement formés à proximité du Soleil avant d’être transportés vers la région où se sont formés les météorites et où ils se trouvent encore aujourd’hui.

En mesurant les compositions isotopiques en molybdène de nombre de ces CAI dans des météorites, les chercheurs se sont aperçus qu’elles couvraient la gamme complète des matériaux formés dans le disque protoplanétaire. Ils suggèrent donc que les CAI se sont formés durant la transition de notre Soleil de sa phase protostellaire à sa phase préséquence principale. Ainsi la majeure partie de la matière...

> Lire la suite sur Futura

À lire aussi sur Futura