Syrie : les viols incitent de plus en plus de femmes à fuir

Le constat est indéniable : en Syrie, le viol est utilisé comme une arme de guerre. Après avoir interrogé 240 femmes et filles réfugiées au Liban et en Jordanie, l'organisation internationale Rescue Committee (IRC) a publié ce lundi un rapport intitulé " Syrie : une crise régionale ". Il ressort de ce document que le viol, extrêmement courant, est l'une des raisons qui poussent les femmes à fuir la Syrie. " Les récits que nous avons entendus sont vraiment horribles ", prévient Sanj Srikanthan, membre de l'IRC. Selon le rapport, " beaucoup de femmes et de filles ont raconté avoir été attaquées en public ou chez elles, en général par des hommes armés. Ces viols, parfois collectifs, se déroulent souvent sous les yeux de membres de la famille ". En raison " des normes sociales et du déshonneur que représente le viol ", il est difficile d'obtenir des témoignages. Malgré tout, certaines femmes ont confié aux auteurs du rapport qu'il arrivait que les victimes soient enlevées, torturées et assassinées.Plus de 60 000 mortsMalgré l'action des ONG et du Haut commissariat de l'ONU aux réfugiés (HCR), la plupart des femmes ne bénéficient d'aucune assistance. " En tant que réfugiées, elles ne trouvent pas l'aide dont elles ont besoin pour soigner leurs blessures physiques et psychologiques ", déplore Sanj Srikanthan dans le " Guardian ". Afin de les aider, l'organisation internationale demande que des actions pour lutter contre les violences faites aux femmes soient mises en places dans les camps de réfugiés mais aussi en dehors.

En 22 mois de conflit, plus de 60 000 personnes sont mortes dans le pays. Ce lundi, un raid aérien au sud-ouest de Damas a tué huit enfants et cinq femmes. D'après les informations de l'Observatoire syrien des droits de l'homme (OSDH), six des huit enfants étaient de la même famille. Ils étaient àgés de neuf mois à 14 ans.

Retrouvez cet article sur elle.fr

Le cri des Syriennes
Syrie : le régime qui tue les enfants
Syrie : une ONG dénonce l'utilisation d'enfants par les rebelles
Syrie : une jeune blogueuse sous la menace de tortures

Tout commentaire contraire à la réglementation en vigueur (et notamment tout commentaire à caractère raciste, antisémite ou diffamatoire) pourra donner lieu à la suppression de votre compte Yahoo
Le cas échéant, certains commentaires que vous postez pourront également donner lieu à des poursuites judiciaires à votre encontre.