Syrie : une famille porte plainte contre un bourreau français

Maxime Heuchard identifié comme l'un des bourreaux de Daesh en Syrie

"Qu'est-ce qu'on a fait au peuple français? Qu'est-ce qu'on a fait aux autorités françaises pour qu'elle laisse un Français traverser des milliers de kilomètres pour venir égorger mon fils ? Contre qui je peux me retourner ?". Ce cri de douleur est celui de Ghassan Mouhanna.

17 soldats syriens décapités

En novembre dernier, ce père de famille découvre avec horreur une vidéo de propagande de Daesh sur laquelle figure son fils, Raiss, un soldat syrien capturé par les terroristes. La mise en scène est terrible. 17 jeunes hommes sont agenouillés et derrière chacun d'eux, un bourreau armé d'un couteau. Tous se font égorger puis leur tête est déposée sur leur dos.

Une caution impossible à payer

Officier dans l'armée de Bachar Al-Assad, Raiss avait été capturé par l'Armée Syrienne Libre. Il se serait retrouvé aux mains de Daesh car ses parents n'avaient pas pu payer que 2,5 millions de livres syriennes sur les 20 millions demandés pour sa libération.

Un Français parmi les bourreaux

Sur la vidéo, la France avait identifié un Français, Maxime Heuchard, parmi les bourreaux. Le parquet avait alors lancé un mandat d'arrêt international à son encontre et ouvert une enquête notamment pour "assassinat en bande organisée". C'est dans le cadre de cette instruction que la famille de Raiss s'est porté partie-civile.

Une suite judiciaire très incertaine

Mais le travail de la justice française sera difficile pour ne pas dire impossible car la France et la Syrie n'ont plus de relation diplomatique et il n'y a pas non plus de coopération judiciaire avec le régime en place. La famille de Raiss est défendue par un avocat proche du Front National qui prône un rapprochement avec le régime de Damas dans le dossier syrien.