Syrie: la thèse de l'accident dans la mort de Luna Chebel, conseillère de Bachar el-Assad, interroge

Des médias de l’opposition syrienne et l’Observatoire syrien des droits de l’homme réfutent la thèse de l’accident dans la mort de Luna Chebel, directrice du bureau politique et médiatique à la présidence syrienne. Le palais présidentiel avait annoncé la mort de cette ancienne journaliste de la chaîne al-Jazeera à la suite de blessures graves contractées lors d’un accident routier.

Avec notre correspondant à Beyrouth, Paul Khalifeh

« Qui a tué Luna Chebel ? » C’est le titre d’un article publié par l’Observatoire syrien des droits de l’homme qui assure que la mort de la proche conseillère du président Bachar el-Assad ne serait pas accidentelle, mais préméditée. L’ONG basée au Royaume-Uni établit un lien entre la mort de Luna Chebel et le limogeage le 23 juin de son époux, le général à la retraite Mohammad Saati, ancien chef de la Fédération des étudiants pro-gouvernement.

L’Observatoire des droits de l’homme souligne que le décès de la conseillère présidentielle survient alors que son frère, Moulham Chebel, un général de l’armée, serait en résidence surveillée. L’officier a été arrêté pour des liens présumés avec le raid israélien contre le consulat iranien à Damas, le 1ᵉʳ avril, et pour des « contacts avec des puissances étrangères ».

Des sites de l’opposition syrienne croient savoir que Luna Chebel serait tombée en disgrâce il y a plusieurs semaines, pour avoir transmis aux Russes les procès-verbaux de réunions entre des dirigeants syriens et iraniens.


Lire la suite sur RFI