Syrie: des soldats et miliciens pro-régime tués dans une embuscade du groupe EI

·2 min de lecture

Au moins sept soldats syriens et dix-neuf miliciens pro-gouvernementaux ont été tués dans des combats contre le groupe État islamique près de la ville d'Al-Mayadine, non loin de la frontière avec l’Irak, dans la province orientale de Deir Ezzor. Les jihadistes ont perdu onze combattants, selon l’Observatoire syrien des droits de l’homme (OSDH).

Avec notre correspondant à Beyrouth, Paul Khalifeh

Les unités de l’armée syrienne et de la brigade palestinienne supplétive al-Qods sont tombées dans une embuscade alors qu’elles ratissaient une zone désertique à l’est de la province orientale de Deir Ezzor, limitrophe de l’Irak.

L’armée syrienne et ses alliés ont acheminé d’importants renforts dans la région, mais en dépit des offensives qu’ils mènent dans le désert central avec le soutien de l’aviation russe, le groupe État islamique multiplie ses attaques depuis trois mois sur un vaste territoire, allant des provinces de Homs et Hama à la frontière avec l’Irak.

Les Nations unies estiment que 10 000 jihadistes sont opérationnels en Irak et en Syrie. Le groupe État islamique a perdu plus de 700 combattants dans le désert syrien depuis sa défaite en mars 2019. Les troupes de Damas et leurs alliés déplorent plus de 1 400 morts.

Les jihadistes recrutent auprès des tribus locales et sont influents dans les camps où sont regroupés leurs partisans et leurs familles, depuis la chute du « califat » autoproclamé, en mars 2019.

Dans le camp d’al-Hol, contrôlé par les Kurdes, le groupe État islamique impose sa loi chez les 60 000 résidents, dont plus de 10 000 étrangers. Depuis le début de l’année, 14 personnes y ont été assassinés pour collaboration avec l’administration kurde et les agences de l’ONU.