La Syrie resurgit dans la campagne

Libération.fr

Hollande s’est félicité de la frappe américaine avant de convoquer un conseil de défense. De leur côté, Hamon et Macron ont défendu l’initiative de Trump tandis que les candidats plus russophiles se montraient timides.

Une piqûre de rappel, où l’inquiétude le dispute à la satisfaction. L’annonce du bombardement américain contre une caserne du régime syrien a ramené François Hollande près de quatre ans en arrière. Fin août 2013, quelques mois après l’opération Serval au Mali, le président français avait mis au point une intervention aérienne contre les forces de Bachar al-Assad après l’attaque chimique de la Ghouta, qui venait de faire un millier de morts. Tout était prêt - horaires de décollage, cartes des frappes - mais suspendu à un coup de fil avec Barack Obama, dans l’espoir d’une opération conjointe. A la dernière minute, et comme le Premier ministre britannique, le président américain reculera. Esseulée, la France décide alors de ne pas se lancer en solo, ce que Hollande continue de regretter vu les conséquences internationales du conflit syrien depuis.

«D’une certaine manière, pour Hollande, ce mois d’août 2013 constitue le tournant de l’histoire du XXIe siècle», commente un de ses proches. Le chef de l’Etat estime non seulement que cette inaction internationale a précipité une partie de la population syrienne vers Daech mais aussi qu’elle a donné un feu vert à la Russie, qui intervient dans la foulée en Crimée. «Poutine a compris ce jour-là que les lignes rouges d’Obama étaient en carton», déplore un conseiller présidentiel.

Du coup, quatre ans plus tard, malgré la préoccupation à tous les étages que provoque Trump et malgré le caractère solitaire des frappes, hors de tout mandat onusien, Hollande a salué l’intervention des Etats-Unis. «Ce qu’Obama avait empêché, Trump le fait, donc on ne va pas critiquer Trump», reconnaît le même conseiller. Prévenu dans la nuit par son sherpa et son conseiller défense, Hollande a immédiatement réclamé que cette «réponse» (...) Lire la suite sur Liberation.fr

Washington menace d’une nouvelle action militaire en Syrie
Washington menace d'une nouvelle action militaire en Syrie
Conflit syrien : que disent les candidats à la présidentielle ?
Frappes en Syrie : la Russie et les Etats-Unis entament un dialogue de sourds
Suède: plusieurs morts dans un attentat au camion bélier à Stockholm

En utilisant Yahoo vous acceptez les cookies de Yahoo/ses partenaires aux fins de personnalisation et autres usages