Syrie : le régime accusé de brûler des cadavres pour empêcher leur identification

Photo Yamam Al Shaar/REUTERS.

Des vidéos et des photos montrent des membres de l’armée et des services du renseignement du régime de Bachar El-Assad en train de mettre le feu aux corps sans vie de leurs victimes, pour qu’elles ne puissent pas être identifiées. Selon l’enquête d’une ONG syrienne en exil, cette pratique serait systématique.

En 2012, un an après le début de la guerre qui ravage la Syrie depuis plus de dix ans, dans un endroit situé entre la périphérie de Damas et la localité de Deraa, un berger aperçoit des hommes du régime de Bachar El-Assad allumer un feu. Après leur départ, le berger s’approche et comprend qu’il s’agit d’ossements humains, raconte le site Daraj.

Cette découverte est le point de départ d’une longue enquête de l’ONG syrienne Syria Justice and Accountability Centre (SJAC) sur “l’incinération et l’élimination systématique des restes humains”, par les forces affiliées au régime, de “civils, de déserteurs, de membres de l’opposition et d’autres non-combattants qui ont été tués lors d’exécutions sur le terrain”.

Ce n’est pas la première fois que le régime syrien est accusé de brûler les corps de victimes de sa répression meurtrière de masse. En effet, des vidéos et des enquêtes sur le massacre d’opposants dans le quartier de Tadamon, à Damas, indiquent que leurs corps auraient été brûlés pour empêcher leur identification.

Des vidéos et des photos accablantes

Intitulée “Ne pas laisser de traces”, cette enquête montre notamment l’implication d’une division de l’armée et d’une branche des renseignements militaires dans ce type de pratiques dans la région de Deraa, en 2012, “grâce à des preuves visuelles évidentes”.

Ces preuves se trouvaient dans un téléphone et un ordinateur portable appartenant à des membres des forces du régime syrien récupérés après une embuscade de rebelles armés. Ces appareils contenaient plus de 400 photos, ainsi qu’une centaine de vidéos.

Sur l’une de ces vidéos, raconte Daraj, “on entend un officier ordonner à une personne portant un galon de verser de l’essence sur le visage et les mains d’un cadavre puis sur l’ensemble du corps, et de le jeter dans une fosse”. “Le processus est répété pour chaque cadavre”, poursuit le site, qui explique qu’ensuite c’est la fosse dans son ensemble qui est incendiée.

“Les membres du régime tenaient à prendre des photos et à filmer des vidéos de l’ensemble du processus. [Ces photos et ces vidéos] ne sont pas une initiative individuelle ou une volonté de s’en vanter, mais l’exécution d’un ordre émis par les services du renseignement.”

[...] Lire la suite sur Courrier international

Sur le même sujet :

VIDÉO - Qui va prendre en charge ces enfants rapatriés de Syrie ? BFMTV répond à vos questions