Syrie: première patrouille conjointe des forces turques et américaines

Ankara et Washington ont effectué ce dimanche 8 septembre et pour la première fois une patrouille conjointe dans le nord-est de la Syrie.

Avec notre correspondante à Istanbul, Anne Andlauer

Six blindés de l’armée turque franchissant la frontière syrienne en début de matinée pour y rejoindre autant de véhicules américains : telles sont les premières images – et la première étape – de la mise en place concrète d’une zone de sécurité dans le nord-est de la Syrie. La patrouille terrestre, appuyée dans les airs par des drones et des hélicoptères militaires, s’est poursuivie pendant près de trois heures aux alentours de Tel Abyad.

C'est la première fois que les armées turque et américaine patrouillent ensemble dans ce secteur censé se transformer, à terme, en une « zone de sécurité », en vertu d’un accord entre les deux pays.

Un accord pour une zone de sécurité

Cette région située à l'est du fleuve Euphrate est principalement contrôlée par les combattants kurdes de la milice YPG, alliés de Washington mais qu’Ankara considère comme terroristes. Cet été, le président turc avait menacé de les attaquer s’ils maintenaient leur présence aux frontières de son pays.

L’accord avec les États-Unis sur une zone de sécurité a empêché l’intervention, mais la Turquie n’a pas totalement écarté cette option. Ce dimanche, Recep Tayyip Erdogan a d’ailleurs menacé une nouvelle fois de lancer une offensive en cas d’échec de l’accord d’ici la fin du mois.

Pour Ankara, cette zone de sécurité permettrait aussi d’accueillir une partie des plus de 3,5 millions de Syriens installés sur son territoire. Un projet d’autant plus pressant que les combats dans la région d’Idleb font craindre un nouvel afflux de réfugiés à la frontière turque.