Syrie: nouvelle trêve à Deraa après de violents combats entre l'armée et les rebelles

·2 min de lecture

Une nouvelle trêve qui expire lundi à 7 heures TU a été conclue dans la ville de Deraa, après de violents combats dimanche entre l’armée gouvernementale syrienne et les rebelles. Un précédent cessez-le-feu s’était effondré après l’échec d’un accord visant à mettre un terme aux affrontements qui durent depuis fin juillet dans cette ville du sud de la Syrie, berceau de la récolte en 2011.

Avec notre correspondant à Beyrouth, Paul Khalifeh

Le cessez-le-feu conclu dimanche en fin de journée à Deraa ressemble plus à ultimatum qu’à une trêve. Conclu sous l’égide de la Russie, il est assorti de conditions imposées aux rebelles sous peine d’une reprise des opérations militaires à grande échelle dès ce lundi matin, selon l’Observatoire syrien des droits de l’homme.

L’accord conclu par l’intermédiaire de notables de Deraa exige le désarmement total des insurgés, l’installation de barrages militaires de l’armée syrienne dans les zones rebelles et une vaste fouille maison par maison. Une partie des rebelles refuse l’application de certains points, notamment l’évacuation vers le nord de la Syrie des combattants jugés dangereux par Damas.

Avant l’entrée en vigueur du cessez-le-feu, la journée de dimanche a été marquée par des affrontements aux armes lourdes et légères. Après avoir violemment pilonné le quartier contrôlé par les rebelles dans la ville de Deraa, l’armée syrienne a lancé un assaut pour tenter d’avancer sur le terrain. Les insurgés ont opposé une forte résistance.

Le quartier rebelle de Deraa al-Balad compte plus de 50 000 habitants. Il est totalement encerclé par l’armée syrienne et soumis à un blocus depuis près de 70 jours. Les vivres et l’approvisionnement y sont acheminés au compte-gouttes.

Notre objectif est de créer un endroit sûr et engageant pour que les utilisateurs communiquent entre eux en fonction de leurs centres d’intérêt et de leurs passions. Afin d'améliorer l’expérience dans notre communauté, nous suspendons temporairement les commentaires d'articles