Syrie: l'évacuation de localités assiégées a repris après un attentat

Omar HAJ KADOUR
1 / 3
Evacuation d'un jeune Syrien blessé quatre jours auparavant lors d'un attentat, le 19 avril 2017 à Alep

Rachidine (Syrie) (AFP) - Des milliers de Syriens ont été évacués de localités assiégées sous haute sécurité mercredi, quatre jours après l'interruption de l'opération par un attentat qui a fait une centaine de morts, dont de nombreux enfants.

Cette évacuation s'inscrit dans le cadre d'un accord entre le gouvernement et des représentants de l'opposition après une série de sièges imposés par le régime et les rebelles.

Une cinquantaine de bus transportant 3.000 personnes sont partis à 04H00 (01H00 GMT) des localités loyalistes de Foua et Kafraya, assiégées depuis deux ans par les rebelles, a indiqué à l'AFP Rami Abdel Rahmane, directeur de l'Observatoire syrien des droits de l'Homme (OSDH).

Ils se sont ensuite rassemblés à Rachidine, une banlieue rebelle de la métropole d'Alep (nord), utilisée comme zone de transit, a constaté un correspondant de l'AFP.

Parallèlement, 11 autres bus ont quitté les localités rebelles de Zabadani, Serghaya et Jabal Charqi, dans la province de Damas, avec 300 personnes, selon l'OSDH.

Après une journée de voyage, des bus sont arrivés mercredi soir dans la zone de Ramoussa, contrôlée par le gouvernement, au sud d'Alep, a indiqué l'Observatoire.

Par crainte d'un nouvel attentat, les opérations se sont déroulées sous haute surveillance: plusieurs dizaines de rebelles armés gardaient les cars stationnés à Rachidine. Ces véhicules ont été disposés en demi-cercle afin de limiter les risques d'attaque.

Attendant près d'un bus, Oum Joud, 55 ans, affirme ne "pas avoir peur" car "tout est dans les mains de Dieu". "Bien sûr j'aurais préféré rester dans ma maison, mais je l'ai quittée pour mes enfants et pour leur avenir", témoigne-t-elle.

Samedi, la première opération avait tourné au carnage lorsqu'un véhicule piégé avait explosé devant des bus sortis de Foua et Kafraya, faisant au moins 126 morts dont 68 enfants, selon l'OSDH.

Le régime a accusé les rebelles, qui ont rejeté toute responsabilité et condamné l'attentat, toujours pas revendiqué.

- Plus de rebelles à Zabadini -

A Rachidine, des combattants loyalites de Foua et Kafraya, en treillis, des enfants et des personnes âgées se baladaient dans une grande cour où étaient stationnés les bus.

La même scène s'était produite samedi dernier, avant que le véhicule piégé ne sème la mort, notamment parmi des enfants qui étaient occupés à acheter des sachets de chips, selon des témoignages recueillis par l'AFP.

Le journaliste de l'AFP avait alors vu le sol jonché de cadavres, un grand nombre de blessés, et des bus dévastés. L'attentat avait arraché de nombreux enfants à leurs parents, beaucoup de blessés graves ayant été évacués en Turquie voisine.

Un accord conclu entre régime et rebelles avec le parrainage de l'Iran et du Qatar --leurs alliés respectifs-- avait prévu l'évacuation croisée de principalement quatre localités: Foua et Kafraya d'un côté, Madaya et Zabadani, localités rebelles de la province de Damas de l'autre.

Zabadani et Madaya "sont désormais vides de toute présence rebelle", a affirmé à l'AFP Mayyada al-Aswad, membre du comité de coordination du processus d'évacuation du côté du régime.

Avec ces évacuations, la première phase du processus est terminé: au total, 8.000 personnes auront quitté Foua et Kafraya, et 2.500 les quatre localités rebelles.

Une deuxième phase doit intervenir en juin, selon les termes de l'accord, qui prévoit l'évacuation totale de 30.000 personnes.

La destination finale des habitants de localités rebelles, selon le même accord, est la province d'Idleb (nord-ouest), contrôlée par insurgés et jihadistes. Ceux de Foua et Kafraya transitent par Alep, avant de se répartir dans les provinces de Damas et de Lattaquié (ouest).

Les rebelles, qui ont perdu de nombreux bastions face aux troupes du président Bachar al-Assad --fortes de l'appui de la Russie-- se sont vu contraints de signer des accords d'évacuation de nombreux de leurs bastions.

L'opposition a qualifié "les transferts forcés de crimes contre l'Humanité", tandis que l'ONU a critiqué des "déplacements forcés".

Déclenché en mars 2011 par la répression dans le sang de manifestations prodémocratie, le conflit en Syrie a fait plus de 320.000 morts et des millions de déplacés et de réfugiés et s'est complexifié avec l'implication d'acteurs internationaux et de groupes jihadistes.

En utilisant Yahoo vous acceptez les cookies de Yahoo/ses partenaires aux fins de personnalisation et autres usages