Syrie : que deviennent les jihadistes de Baghouz qui se rendent ?

Aurélien Colly
Les combattants sont enfermés dans différentes prisons selon leur nationalité et leur profil. Certaines familles sont également envoyées dans des camps fermés.

Les derniers jihadistes quittent Baghouz, en Syrie, alors que la chute du dernier bastion de l'organisation terroriste État islamique est imminente. L'envoyé spécial de franceinfo a constaté cette reddition. Mais que deviennent ensuite ces hommes, parfois accompagnés de leur famille ?

>> EN IMAGES. A Baghouz, la reddition des derniers jihadistes

Des prisons pour les hommes

Pour les combattants, il y a aujourd’hui plusieurs prisons au Kurdistan syrien : à Kobané, Dayrick, et Rmeilane, qui est aussi un centre d’interrogatoire. Les étrangers – Marocains, Turcs, Ouzbeks, Saoudiens entre autres – sont dans ces deux dernières prisons, les "hauts profils" sont transférés dans une prison plus sécurisée à Hasaké, la grande ville du Kurdistan syrien.

Pour les Européens et les Américains, d’après des sources locales, ceux qui ont été arrêtés ces derniers mois ou qui se sont rendus à Baghouz seraient transférés discrètement en Irak, la frontière est à seulement quelques kilomètres de Baghouz. Juste de l’autre côté, il y a Al Qaïm, où les Français et les Américains ont leurs bases. C’est notamment là-bas que sont positionnés les canons français Caesar, qui ont pilonné les jihadistes dans leur retraite de Raqqa jusqu’à Baghouz.

L’avantage, c’est que c’est en territoire irakien. Plus facile au plan (...)

Lire la suite sur Franceinfo

A lire aussi