En Syrie, un cinéma itinérant fait découvrir le 7e art aux enfants des zones kurdes

franceinfo Culture avec agences

Devant un écran installé dans la cour de leur école, des enfants kurdes s'esclaffent en découvrant les pitreries en noir et blanc de Charlie Chaplin grâce à un cinéma itinérant qui parcourt depuis quelques semaines le nord-est de la Syrie. Munis d'un projecteur, d'un écran, d'un ordinateur et de haut-parleurs, le réalisateur Chiro Hindi et son équipe sillonnent la région pour "répandre" le 7e art.

"Que chaque enfant ait vu un film de cinéma"


"Notre objectif d'ici un an est de faire en sorte que chaque enfant dans le Rojava ait vu un film de cinéma", affirme le cinéaste kurde de 39 ans, utilisant le nom donné à la région semi-autonome instaurée par sa communauté à la faveur du conflit syrien.

Si cette région est aujourd'hui relativement épargnée par la guerre, elle a payé par le passé un lourd tribut à ce conflit, qui a fait plus de 370.000 morts depuis 2011. Avant de lancer son projet, Chiro Hindi a réalisé Histoires de cités sinistrées, un film qui relate les destructions de villes kurdes, dont Kobané, où ont eu lieu les premiers combats entre les forces kurdes et le groupe jihadiste Etat islamique (EI). Début 2015, les Kurdes ont repris Kobané et, il y a près de six mois, une alliance de combattants kurdes et arabes, aidée d'une coalition internationale menée par Washington, a chassé les jihadistes du dernier pan de leur "califat" (...)

Lire la suite sur Franceinfo

A lire aussi