Syrie : "C'est le moment d'agir", supplie le porte-parole des "Casques blancs", en visite à Paris

Franck Mathevon
Depuis Paris, mardi, Abdulrahman Almawwas a lancé un appel à la communauté internationale, et notamment à la France, pour intervenir en Syrie où une partie de la population vit sous les bombes.

Une partie de la communauté internationale est mobilisée, mercredi 14 février, au siège de l'ONU à New York où doit se réunit le Conseil de sécurité, pour obtenir un cessez-le-feu d'un mois en Syrie. Les combats se sont intensifiés ces derniers jours dans le pays.

Les humanitaires aussi se mobilisent, à l'image des "Casques blancs", cette organisation de secouristes bénévoles syriens, dont le porte-parole est à Paris cette semaine.


Abdulrahman Almawwas se dit "fatigué". Fatigué de la guerre qui a duré sept ans alors qu'il n'en a que 30. Après Alep, deux zones subissent les bombardements massifs du régime actuellement : Idlib (nord-ouest) et l'enclave de la Ghouta, près de Damas (sud-ouest).

Mardi, à l'issue d'une rencontre avec le premier conseiller diplomatique d'Emmanuel Macron, à l'Élysée, le porte-parole des "Casques blancs" a délivré un message. "Nous demandons à monsieur Macron d'éviter que le scénario d'Alep ne se répète, dit-il. Si la France peut aider les habitants de la Ghouta ou d'Idlib, c'est le moment d'agir."


Il faut arrêter de fixer des lignes rouges, de parler, de tenir des réunions. Il faut évacuer ces gens ou au moins leur envoyer de l'aide humanitaire.

Abdulrahman Almawwas, porte-parole des "Casques blancs"

à franceinfo

Depuis la semaine dernière, les frappes du régime syrien ont tué plus de 240 personnes dans les zones rebelles de la Ghouta orientale. "Il n'y a pas d'équipement médical, (...)

Lire la suite sur Franceinfo

A lire aussi