La Syrie au cœur d'une conférence internationale qui espère recueillir 8,5 milliards d'euros

·2 min de lecture

La 5e Conférence de Bruxelles des donateurs pour la Syrie, co-organisée par l'ONU et l'UE, s’est ouverte ce 29 mars par une rencontre des représentants des ONG syriennes, régionales et internationales. Ce mardi, c’est au tour des organisations internationales et des États de faire le point sur les dix ans de crise et de conflit, ainsi que d’annoncer le montant de leur soutien financier et leurs autres initiatives diplomatiques et humanitaires. Le montant des promesses d’engagements financiers sera établi à l’issue de cette conférence qui se tient par visioconférence.

Avec notre correspondant à Bruxelles, Pierre Benazet

Selon le chef de la diplomatie européenne, Josep Borrell, ces grandes conférences de soutien international restent plus que jamais nécessaires. Et le soutien international doit aussi aller aux pays voisins qui accueillent la majorité des réfugiés syriens, comme par exemple le Liban, qui estime ne plus être en mesure de subvenir aux besoins matériels et de sécurité à la fois de sa population et des réfugiés.

« L’option des retours volontaires devrait être envisagée sérieusement, et une résolution politique du conflit syrien devrait être recherchée de manière plus agressive. Nos préoccupations de sécurité et de protection risquent de devenir gravement incontrôlables », prévient Zeina Akar, la vice-Première ministre libanaise.

► À lire aussi : Après dix ans de guerre en Syrie, Bachar el-Assad règne sur des ruines

« Aucune aide pour une reconstruction sans processus politique »

Mais l’absence de la Syrie à cette conférence complique encore la recherche d’une solution politique et hypothèque, pour l’instant, les perspectives de reconstruction du pays. Jean Asselborn, ministre luxembourgeois des Affaires étrangères, est catégorique : « Notre position reste inchangée : aucune aide pour une reconstruction sans processus politique. Le simulacre d'élections que le régime syrien s'apprête à organiser ne répond ni aux aspirations du peuple syrien, ni aux critères déterminés par la résolution des Nations unies. »

Les Nations unies espèrent que cette conférence permettra de lever 8,5 milliards d'euros.