Syrie, Afghanistan, Nigeria... Daech est « est en train de se reconfigurer »

© Sipa

Pour la première fois depuis la création de la coalition il y a huit ans, la rencontre des pays engagés dans la lutte contre le groupe Etat islamique se déroule en Afrique. Preuve que l’expansion de Daech sur ce continent préoccupe la communauté internationale. Les ministres des Affaires étrangères des 84 Etats participants à cette alliance contre le terrorisme se retrouvent mercredi à Marrakech, au Maroc. Si, depuis la chute en 2019 de son califat en Irak et en Syrie, l’Etat islamique a perdu le contrôle de ses territoires conquis en 2014, le groupe est loin d’avoir disparu et montrerait ces derniers mois des signes de reprise. Pour le seul mois du Ramadan, plus de 340 attaques ont été revendiquées par l’EI.

Cellules dormantes en Syrie et en Irak

Dans son bastion syro-irakien, entre 6 000 et 10 000 combattants, fondus dans la population, continuent d’opérer « dans les zones désertiques et rurales suffisamment contestées et peu tenues (par l’Etat central) pour qu’ils puissent jouir d’une plus grande liberté de manœuvre », indique Marc Hecker, directeur de recherches à l’Ifri.

Lire aussi - L'Etat islamique peut-il survivre à l'élimination de son chef?

En Syrie, le groupe est surtout présent dans la Badia, cette région rocailleuse au sud de l’Euphrate, dans le nord est du pays, ainsi que dans le nord de l’Irak, dans des régions à cheval sur les gouvernorats de Kirkouk, Salah Al Din et Diyala, où se trouve le bassin du Hamrin, une forteresse naturelle à laquelle il est très dif...


Lire la suite sur LeJDD

Notre objectif est de créer un endroit sûr et engageant pour que les utilisateurs communiquent entre eux en fonction de leurs centres d’intérêt et de leurs passions. Afin d'améliorer l’expérience dans notre communauté, nous suspendons temporairement les commentaires d'articles