Syrie: 31 soldats syriens pro-turcs tués dans une embuscade des forces kurdes

·1 min de lecture

Au moins 31 combattants syriens pro-turcs ont été tués dans le nord de la Syrie, dans une embuscade tendue par les forces kurdes. Il s’agit du bilan le plus élevé depuis l’offensive turque contre le nord syrien en octobre 2019, selon l’Observatoire syrien des droits de l’homme.

Avec notre correspondant à Beyrouth, Paul Khalifeh

L’incident s’est produit dans un village près de la ville de Aïn Issa, dans la province septentrionale de Raqqa. Des combattants syriens pro-turcs qui tentaient d’avancer vers la localité sont tombés dans un champ de mines posées par les FDS, les Forces démocratiques syriennes, une coalition dominée par les milices kurdes et soutenue par les États-Unis.

Des combats ont ensuite éclaté entre les assaillants et les FDS qui se sont retirées du village pour attirer les rebelles pro-turcs dans le piège, selon l’Observatoire syrien des droits de l’homme. Après les lourdes pertes subies, les rebelles proches d’Ankara et l’artillerie turque ont violemment pilonné la région de Aïn Issa à l’aide de roquettes et d’obus de gros calibre. Les bombardements ont duré des heures.

Un front oublié

Les dépouilles des combattants tués ont été restituées aux groupes pro-turcs sous la supervision des forces russes, présentes dans la région.

Le secteur de Aïn Issa est un front oublié en Syrie, en activité quasi permanente. Les rebelles proches d’Ankara, soutenue par l’armée turque, multiplient les assauts pour tenter d’y renforcer leurs positions. Face à eux, les FDS se livrent à des actions de guérilla, et l’armée russe, déployée dans la région, s’interpose entre les belligérants.