Le syndrome de l'auto-brasserie ou quand l'intestin produit de l'alcool...

La rédaction d'Allodocteurs.fr

Personne ne voulait le croire. Quand un habitant de l’Ohio a été arrêté un matin au volant avec un taux d’alcoolémie équivalent à une consommation de dix verres de whisky, les forces de police comme les médecins de l’hôpital étaient sûrs qu’il mentait en affirmant avoir simplement petit-déjeuné.

Le syndrome de l'auto-brasserie

Heureusement, sa tante avait entendu parler d’une maladie étrange : le syndrome de l’auto-brasserie (SAB), c’est-à-dire la production d’alcool par certaines bactéries intestinales. Et quelques semaines plus tard, la preuve de l’innocence du conducteur fut apportée par l’analyse de ses selles. Le coupable était une bactérie dans sa flore intestinale : Saccharomyces cerevisiae, une bactérie utilisée par les brasseurs pour obtenir de la bière grâce à la fermentation.

Dès que cet homme consommait des glucides, ingrédients clés pour ce breuvage, il produisait son propre alcool. Un véritable fléau lorsqu’il voulait conduire en toute sécurité.

Mais ce diagnostic n’a pas mis fin à son calvaire. Pendant les mois d’errances thérapeutiques qui ont suivi, il a même fait une chute en état d’ébriété responsable d’une hémorragie cérébrale. Seuls les spécialistes du Richmond University Medical Centre ont enfin réussi à le traiter en rééquilibrant sa flore intestinale. Leur hypothèse sur l’origine de ce dérèglement : un traitement antibiotique pris après une blessure au pouce en 2011 aurait laissé une place dangereuse à la levure de bière dans son (...)

Lire la suite sur Franceinfo

A lire aussi