Le syndrome des jambes sans repos, ce mal souvent difficile à cerner

·1 min de lecture

Jambes qui fourmillent, qui démangent ou brûlent… Le syndrome des jambes sans repos (SJSR) est une pathologie neurologique sans gravité, mais particulièrement handicapante. Il est souvent difficile pour le patient de rester immobile, et dans certains cas un voyage en train ou en voiture, de même qu'assister à une séance de cinéma ou à un spectacle, est simplement inenvisageable. Le SJSR concerne près de 10% de la population française, et 2,5% des personnes concernées en souffrent quotidiennement. Et ce mal touche majoritairement les femmes.

Le SJSR se caractérise par une envie impérieuse de bouger ses jambes, envie plus ou moins associée à des sensations désagréables, d'intensité variable, depuis le picotement, l'inconfort, l'impression de chaleur, jusqu'à la douleur. "Ces symptômes apparaissent au repos, généralement le soir, et sont soulagés par le mouvement", indique au micro de Sans Rendez-vous, l'émission santé d'Europe 1, Nathalie Patte-Karsenti, neurologue dans l’unité Parkinson de l’hôpital de la Fondation Rothschild à Paris.

>>Retrouvez l'intégralité de Sans rendez-vous tous les jours de 15h à 16h sur Europe 1 ainsi qu’en replay et en podcast ici

Pourquoi s'agit-il d'un trouble du sommeil ?

Le SJSR est considéré comme un trouble du sommeil car les symptômes impactent de manière quasi-systématique le sommeil du patient. "Dans presque 80% des cas, des mouvements périodiques des jambes, généralement de petits à-coups, viennent perturber sa nuit", précise Nathalie...


Lire la suite sur Europe1