Syndrome Guillain Barré et vaccin Janssen: ce qu'il faut savoir

·3 min de lecture
Le vaccin Janssen (Johnson & Johnson) serait lié à une hausse des cas du très rare syndrome de Guillain Barré, voici ce que ça veut dire. (Photo: No Xcode Please Review via Reuters)
Le vaccin Janssen (Johnson & Johnson) serait lié à une hausse des cas du très rare syndrome de Guillain Barré, voici ce que ça veut dire. (Photo: No Xcode Please Review via Reuters)

SCIENCE - Hasard du calendrier, ce lundi 12 juillet, quelques heures après le discours d’Emmanuel Macron poussant les Français à se faire vacciner, les autorités alertaient sur une association entre syndrome Guillain Barré et le vaccin Janssen.

Si cela peut faire peur et entraîner la méfiance, il faut bien comprendre que ces cas sont extrêmement rares et que les maladies en général, y compris le Covid-19, peuvent également entraîner la survenue du syndrome de Guillain Barré, une rare atteinte neurologique pouvant très rarement entraîner des cas graves de paralysie.

Ce qu’a donc remarqué l’Agence américaine de la santé (CDC), c’est que 100 cas de cette maladie ont été enregistrés sur les 12,8 millions d’Américains à avoir reçu une dose du vaccin de Johnson & Johnson. Soit environ 1 personne sur 128.000. La plupart ont dû être hospitalisées. Cette maladie est en général très bien soignée, rappelle la médecin Céline Gounder sur Twitter.

Le syndrome de Guillain Barré touche chaque année plusieurs milliers de personnes, mais le risque semble 3 à 5 fois plus élevé qu’en population générale après avoir été vacciné avec Johnson & Johnson, selon le New York Times. Seul un mort est à déplorer, mais la personne étant cardiaque, il n’est pas certain que son décès soit dû à la maladie.

Lien entre Covid et syndrome de Guillain Barré

Par le passé, des associations similaires, dans des proportions faibles, ont été découvertes avec d’autres vaccins, notamment contre la grippe, rappelle le quotidien américain. Mais le virus de la grippe aussi peut entraîner le développement du syndrome de Guillain Barré. On sait également que le virus Zika peut faire la même chose.

De même, le Covid-19 peut dans de rares cas entraîner cette maladie. Comme il y a eu moins de personnes contaminées que de vaccinés, il est plus difficile d’avoir une vue d’ensemble, le syndrome de Guillain Barré étant extrêmement rare. Mais une étude de juin 2020 a montré que sur 1200 patients accueillis à l’hôpital pour une infection au coronavirus, 5 ont développé cette maladie. D’autres travaux ont analysé tous les cas de syndromes de Guillain Barré recensés depuis le début de l’épidémie de coronavirus dans la littérature, soit 220.

Une étude récente a analysé la situation en Italie pendant la première vague en mars 2020. Par rapport à l’année précédente, l’incidence de ce syndrome a été multipliée par 2,5. Alors même que moins de 5% des Italiens ont attrapé le Covid durant cette période. Le taux d’incidence de Guillain Barré chez les personnes hospitalisées pour coronavirus en Italie était de 236 pour 100.000.

Ici aussi, le lien n’est pas clair: une analyse des cas anglais n’a pas montré de hausse de l’incidence de mars à mai, peut-être notamment grâce à la baisse des contacts liés au confinement, qui ont peut-être diminué la transmission de bactéries connues pour provoquer le syndrome de Guillain Barré.

AstraZeneca aussi concerné ?

De manière générale, il faut rappeler que sur la quasi-totalité des effets secondaires découverts dans les vaccins, ces problèmes touchent également les personnes atteintes directement par la maladie contre laquelle le vaccin protège.

Le 5 juillet, l’Agence européenne du médicament expliquait de son côté un possible lien rare entre le syndrome de Guillain Barré et le vaccin AstraZeneca. Comme il fonctionne de manière similaire à celui de Johnson & Johnson, ce ne serait pas non plus si étonnant. Aucun lien avec les vaccins de Pfizer et Moderna n’a pour l’instant été soulevé.

Quoi qu’il en soit, la balance bénéfice risque de ces vaccins, notamment pour les personnes âgées, est toujours positive, rappellent les autorités de santé. En clair: vous avez plus de risque d’avoir des problèmes de santé grave à cause du Covid-19 en ne vous faisant pas vacciner que de développer un effet secondaire problématique.

À voir également sur Le HuffPost: La liste des lieux où le pass sanitaire sera demandé

Pour afficher ce contenu, vous devez mettre à jour vos paramètres de confidentialité.
Cliquez ici pour le faire.

Cet article a été initialement publié sur Le HuffPost et a été actualisé.

Notre objectif est de créer un endroit sûr et engageant pour que les utilisateurs communiquent entre eux en fonction de leurs centres d’intérêt et de leurs passions. Afin d'améliorer l’expérience dans notre communauté, nous suspendons temporairement les commentaires d'articles