Les syndicats de Sanofi exercent leur droit d'alerte après le suicide d'une salariée

franceinfo avec AFP

Les syndicats de Sanofi Aventis Groupe (SAG), alarmés après le suicide d'une salariée sur son lieu de travail, dénoncent "une mise en danger des vies" du personnel par des pratiques "intolérables" dans cette entité du groupe pharmaceutique Sanofi. Dans un tract commun diffusé jeudi 25 juin, les syndicats CFE-CGC, CFDT, CFTC, FO et CGT expliquent que les représentants du personnel ont exercé leur droit d'alerte "pour cause de danger grave et imminent", afin de "tenter de prévenir une situation devenue dangereuse", lors d'un comité social et économique (CSE) de SAG tenu mardi.

Vendredi 19 juin, une salariée "revenue de burn-out" et travaillant sur un site de SAG à Gentilly (Val-de-Marne) "a mis fin à ses jours dans les locaux de l'entreprise", indiquent les syndicats. "Salariée de la filiale Sanofi Winthrop Industrie, elle travaillait étroitement avec les fonctions supports de SAG", a précisé à l'AFP Pascal Lopez (FO), confirmant des informations du Parisien. Et elle avait elle-même "fait partie" de SAG "de 2009 à 2013", selon le tract.

Les syndicats demandent une enquête

Son "geste définitif survenu sur le lieu de travail est un énième traumatisme" pour les 3 500 salariés de SAG, "déjà fragilisés par les pratiques de (...)

Lire la suite sur Franceinfo

A lire aussi