Un syndicat s'oppose à Tesla en Allemagne, et cite des salaires trop bas

·1 min de lecture
Un syndicat s'oppose à Tesla en Allemagne, et cite des salaires trop bas

Nouvelle année, et nouvelles galères pour l'usine de Tesla à Berlin, en Allemagne. Alors que la construction est enfin terminée, après de longues déboires pour diverses raisons, la question des employés de l'usine se pose désormais. Environ 12 000 employés sont attendus sur le site, avec une production estimée à 500 000 voitures par an, pour commencer des Model 3 et Model Y.

Mais l'entreprise d'Elon Musk n'est pas vraiment habituée au marché de l'emploi européen, et en particulier aux syndicats. Ces derniers sont beaucoup plus féroce ici qu'aux États-Unis, où ils sont clairement découragés par l'approche de l'entreprise californienne. En Allemagne, des structures comme IG Metall sont déjà bien établis dans les nombreuses usines du pays, et ont donc une force de négociation bien plus importante. Et alors que la production n'a pas encore commencé, ça coince déjà entre ce syndicat et Tesla.

Des salaires inférieurs de 20 % à la concurrence !

La représentante d'IG Metall dans la région de l'usine, Birgit Dietze, a annoncé avoir ouvert une antenne juste à côté de la Gigafactory de Tesla. 1 800 employés ont déjà été recrutés, les conditions salariales seraient loin d'être satisfaisantes, d'après le syndicat. Le salaire fixe serait en effet 20 % plus bas que chez la concurrence. En sus, des stocks options et des bonus remplacent parfois les primes traditionnelles de fin d'année. De quoi irriter les syndicats.

Mais Birgit Dietze précise que, sur le fond, IG Metall n'est pas opposé aux stocks options et...Lire la suite sur Autoplus

Notre objectif est de créer un endroit sûr et engageant pour que les utilisateurs communiquent entre eux en fonction de leurs centres d’intérêt et de leurs passions. Afin d'améliorer l’expérience dans notre communauté, nous suspendons temporairement les commentaires d'articles